Chemin Faisant...

Forum catholique romain fidèle à la Tradition et à sa sainteté le pape François
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Séminaires dans les ans 60

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Séminaires dans les ans 60   Ven 23 Mar - 11:17

En complément au livre de F Charles, La génération défroquée, sur les pulsions irraisonées de l'époque et leur énormes risques:

------

COMMENT JE SUIS DEVENU PRETRE
...TOUT EN PORTANT LA SOUTANE
par
Mgr Jacques Masson
 
 
Il n'est pas rare, quand on parle avec des personnes qui n'ont pas connu les temps de crise des années 60-70, que ce soit des prêtres ou des laïques, de se heurter sur ce sujet à l'incrédulité. On brode, on exagère, en tout cas on dérange. On dit "n'importe quoi". Rappeler ces choses, en toute hypothèse, n'est-il d'ailleurs pas déjà une marque "d'intégrisme" ? La révolution de ces années noires a bien fait son oeuvre dans les esprits. Comme toutes les révolutions finalement embourgeoisées ou entrées dans les voies du conformisme, celle-ci a généré chez les moins enclins aux bouleversements des réflexes primitifs de rejet à l'égard de toute critique rétrospective, comme si l'Histoire avait définitement tracé une  frontière entre les bons [dont ils font évidemment partie] et les méchants qu'il paraitrait en quelque sorte impudique de remettre  désormais en cause.

Selon cette Histoire qui, comme le souligne un de nos lecteurs, est ici aussi devenu une histoire officielle, quoique partiellement non écrite, la modernité avait un compte à régler avec le passé, et elle en a triomphé, non pas par le Concile, que ses zélateurs intolérants n'ont ni lu ni eu l'intention d'appliquer, sans quoi il les aurait conduit au respect de la langue latine, du chant grégorien, de la réforme liturgique et de l'enseignement ecclésiastique, pour ce citer que ces domaines, mais par l'Esprit du Concile, idéologie parricide du désordre, de l'inventivité, du sacrilège, du scepticisme et de la recherche en roue libre qui a à ce point pu inquiéter le Pape Paul VI qu'il a évoqué les « fumées de Satan » entrées dans l'Eglise. Le Diable s'est fait Tartuffe pour ruiner la Maison commune, invoquant, pour y parvenir, un Concile dont l'objet était de la réformer dans les voies de la sainteté. On était trop occupé à se débrailler et à rire à sa suite, et à se gonfler d'esprit propre et de recherche de soi-même pour apercevoir ses pieds de bouc. Aujourd'hui encore, l''aveuglement est tel que ces destructions sont parfois encore considérées comme des maux nécessaires, des accidents de l'histoire, davantage imputés, encore et toujours, au passé abhorré, dont ils n'ont fait qu'exprimer le rejet, qu'à leurs causes véritables : la sottise, l'immense, la supine et orgueilleuse sottise de tant de clercs.
 
Un jour, la très difficile histoire de ces temps cruels sera écrite sans complaisance. Mgr Masson nous  en raconte ici quelques souvenirs, avec humour. Des exemples parmi d'autres, parmi une foule d'autres. Qu'il en soit cordialement remercié.
P. Gabarra

•                  •


Je suis entré au séminaire Saint-Sulpice fin septembre 1963, à la fin de mon service militaire. Depuis le mois de janvier 1963, nouveauté dans l'Eglise, en France notamment, le clergyman était permis. Ô miracle, comme si le mot d'ordre avait été donné auparavant, la plus grande partie des prêtres et des séminaristes se sont retrouvés en clergyman dès le lendemain de la publication du texte le permettant, à certaines conditions : col blanc, couleur noir ou gris foncé.

Je terminai mon service militaire à l'Etat-major du Train, à Metz, après avoir servi en Algérie jusqu'au moment de l'Indépendance. J'étais arrivé à la caserne en soutane, au mois de nombre 1962,  et j'en suis sorti en soutane, à la fin du mois de mai 1963, avec les compliments du Lieutenant-colonel pour ma fidélité à « l'habit » qui était pour lui « comme un drapeau ».

Mon arrivée à Saint-Sulpice en soutane fit impression. J'ai su, plus tard, que plusieurs séminaristes étaient allés informer aussitôt le Supérieur qu'un « intégriste » était arrivé au séminaire. Je passe sur l'effondrement  du séminaire, règlement, vie liturgique, cours, une véritable révolution faite en un mois, au mois d'octobre, le Mois du Rosaire, par un groupe de séminaristes, déjà en polos, le corps professoral n'osant pas réagir.

L'année 1964 fut décisive pour moi : 2° année de théologie. Elle était importante car elle se terminait au mois de juin par l'ordination au sous-diaconat (si le conseil des professeurs vous en jugeait digne !), « le pas » comme on l'appelait, que l'on faisait, en s'engageant au service du Seigneur, en se consacrant à Lui corps et âme, dans le vœu de chasteté. On appelait cela « faire le pas », car l'Evêque, lors de la cérémonie, demandait aux candidats au sous-diaconat, s'ils étaient d'accord pour s'engager librement dans cette voie du célibat et de la chasteté, d'avancer d'un pas : « huc accedite ».

Au mois d'octobre 1964, le Père Longère, supérieur du cycle de théologie me convoqua dans son bireau, et s'adressa à moi en ces termes : « Jacques, vous le savez, je vous aime bien »... Quand un discours commence de la sorte, méfiez-vous, il y a un MAIS !

Celui-ci n'a pas manqué : « MAIS, je dois vous dire sincèrement que si vous ne vous mettez pas en clergyman, le conseil des professeurs ne vous appellera pas au sous-diaconat : il considèrera que c'est de l'orgueil, et que vous allez contre le Concile (sic ! note : le Concile Vatican II avait commencé le 11 octobre 1962, un avant auparavant).

Je fis alors remarquer au Père Longère que les Statuts Synodaux déclaraient que la soutane était l'habit normal et habituel du clerc, et que le clergyman était seulement autorisé. Il me répondit : « C'est vrai, mais étant donné que tous vos confrères, et les Pères eux-mêmes ont adopté le clergyman, votre attitude sera considérée, je vous l'ai dit, comme un entêtement, comme de l'orgueil ».

Je déclarai alors au Père Longère que j'étais d'une famille d'humble origine (Papa étant peintre en bâtiments aux Brasseries de Champigneulles), à la différence de la plupart des autres séminaristes dont les parents avaient tous des situations aisées dirais-je. Que, se présenter avec un costume noir ou gris dans mon village, c'était porter « l'habit d'un riche », l'habit que les gens du village revêtait pour les grandes cérémonies, les grandes occasions ; alors que la soutane, elle, permettait de passer dans tous les milieux. Que cela choquerait !

- « Jacques, si vous ne vous mettez pas en clergyman, vous ne serez pas ordonné sous-diacre, et vous en deviendrez jamais prêtre, me répondit le Père Longère ».
- « Monsieur le Supérieur : est-ce un désir ou un ORDRE ? »
- « Je ne peux pas vous donner un ordre, car, comme vous l'avez dit, les Statuts Synodaux précisent bien que la soutane est l'habit normal pour le clerc et pour  le prêtre ».
- « Vous êtes le Supérieur ! Est-ce un désir ou un ORDRE. Donnez-moi l'ordre, et j'obéirai ».
- « Je ne peux pas vous donner l'ordre. Mais, je vous le répète, car je vous aime bien, si vous ne vous mettez pas en clergyman, vous ne serez pas ordonné sous-diacre. Croyez-moi ! ».

Quelques secondes de réflexion, de prière plutôt (Paris vaut bien une Messe !). Puis je déclarai au Père Longère :

- « Monsieur le Supérieur, étant donné que vous ne pouvez me donner l'ordre de me mettre en clergyman, et étant donné d'autre part qu'il serait imprudent de ma part de ne pas vous écouter et de ne pas me "mettre" le clergyman, car mon sacerdoce en dépend, je vous propose un compromis : Etes-vous d'accord sur le principe ? »
- « Je suis d'accord ! »
- « Alors, j'accepte de porter le clergyman, en signe de docilité au désir exprimé par mon Supérieur, même s'il ne peut m'en donner l'ordre : mais, une fois par mois : le dernier dimanche du mois ! Acceptez-vous ? ».
- « Absolument, et je vous garantis que vous serez appelé au sous-diaconat ».
- « Un point encore, Monsieur le Supérieur : mes parents sont des gens d'origine modeste, et je ne puis leur demander de me payer un clergyman ! »
- « Pas de problème, me répondit le Père Longère, le Séminaire vous le paiera ».

Avec des amis chez qui je me « réfugiais » à chaque sortie, le jeudi notamment et le dimanche également, nous allâmes ensemble acheter "mon" clergyman. Nous sommes allés au « Bon Marché », et j'ai choisi le vêtement le plus cher, gris très foncé.

Chaque dernier dimanche, à 12 h 10, je revêtais le clergyman, et je descendais au réfectoire, sous les quolibets de mes « confrères ». A la fin du repas, les professeurs nous précédaient, et saluaient les séminaristes qui voulaient leur parler. Je les saluais les uns après les autres. Puis, je remontais dans ma chambre, enlevais le clergyman, remettais la soutane, et je sortais dans Paris, avec mes amis.

J'ai porté le clergyman de la fin du mois d'octobre à la fin du mois de juin (ensuite je partis en vacances en Lorraine), puis une fois au mois d'octobre, par prudence, car il y avait l'appel au diaconat, le premier degré du sacerdoce. J'ai été appelé au diaconat, que j'ai reçu le 30 octobre 1965.

Et c'est ainsi que j'ai été ordonné prêtre le 25 juin 1966 !

J'ai alors cessé de porter le clergyman. Je le possède toujours, notez-bien, 44 ans plus tard, toujours aussi neuf, toujours aussi chic, comme souvenir de « la Grande Persécution » comme écrivaient les prêtres réfractaires à la Révolution sur les registres secrets des actes de baptême et de mariages, administrés en secret et au risque de leur vie, et de la vie de leurs fidèles (et parmi lesquels se trouvaient déjà, bien sûr, mes ancêtres... des "réfractaires !", « Bon chien chasse de race ! »

Une anecdote encore, dans la même ligne pour montrer l'acharnement contre la soutane qu'ont connu ces années-là : pendant l'année de diaconat, j'avais été affecté, pour  exercer mon ministère de diacre, à la paroisse Saint-Ambroise, à Paris, une grande paroisse. J'y assurais homélies et baptêmes, chaque dimanche. Tout le clergé était en clergyman, bien entendu, sauf le Curé, si ce n'est de temps en temps ; il était âgé, on le lui pardonnait !

Un dimanche, L'Archevêque de Paris, Mgr Veuillot est venu à Saint-Ambroise pour administrer le sacrement de la confirmation. Après avoir célébré moi-même un bon nombre de baptêmes, une dizaine, je m'en souviens, j'arrivai à la salle-à-manger, avec le Curé de la paroisse. Tous deux étions revêtus de notre soutane. Mgr Veuillot était là, qui nous attendait, vêtu quant à lui d'un clergyman.

Le pauvre Curé, tout gêné, demanda alors à Mgr Veuillot de bien vouloir l'excuser d'être en soutane : « Excusez-moi, je vais me changer ».

L'Archevêque de Paris lui fit cette réponse, si expressive du climat de cette époque et de la charité réservée à ceux qui n'étaient pas dans le "sens de l'histoire" : « Vous avez raison, ALLEZ VOUS HABILLER EN HOMME ! » (sic). A table, j'étais en face de lui, seul à demeurer en soutane. Mgr Veuillot ne m'a  cependant pas adressé une seule parole et ne m'a pas davantage salué à son départ.

Mgr jacques masson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Séminaires dans les ans 60   Ven 23 Mar - 11:26

On voit bien ci haut que c'est la pression du groupe, donc l'effet de foule, qui fit le travail, faute de système de défense solide; c'est par omission qu'on semblait se diriger vers la décomposition , ce qui rend plus difficile l'identification des gaffes. Les choses se faisaient (ou défaisaient) sans décision formelle.
Quel châtiment 40 ans plus tard!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patrick_qc



Nombre de messages : 15
Religion : catholique
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: Séminaires dans les ans 60   Sam 31 Mar - 6:39

Je ne savais pas que la soutane est l'habit habituelle selon VII. J'aurai appris cela. Aujourd'hui, il me semble qu'il n'y a que les prêtres de l'Opus Dei qui porte la soutane?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Séminaires dans les ans 60   Mer 4 Avr - 12:32

Le texte ne parle pas de vatican II à ce sujet, mais de " statuts synodaux" , probablement ceux de Paris pour st sulpice, peut être ceux de Nancy pour Masson, plus probablement ceux des évêques de France de l'époque. Mais l'important c'est le mécanisme de décomposition, sa forme plus que sa matière. Il est fascinant de voir un évêque s'attaquer à la piété comme on le lit dans une autre tranche de ce témoignage. Car piété et soutane allaient de pair, au moins statistiquement, devine pourquoi
Avec la mort qui se profile à l'horizon lointain bien sur, l'horizon devenu le crépuscule d'aujourd'hui, i.e. La fin de la génération défroquée, forcément sans succession car le défroquage ne peut être un pt de départ, étant nécessaire de commencer par le froc pour défroquer.

Ps. Ces choses sur les gaffes criminelles de l'époque à st sulpice, si durement et impitoyablement punies aujourd'hui, sont corroborées dans le livre de jean pierre dickès, la blessure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séminaires dans les ans 60   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séminaires dans les ans 60
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enseignement de la prière dans l'Evangile
» Dispositif à action direct dans le logement
» Corps subtils dans l'Hindouisme
» espèce invasive dans les everglades
» L´eau en bouteille laissée dans votre voiture est très dangereuse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemin Faisant... :: Nos forums :: Discussions-
Sauter vers: