Chemin Faisant...

Forum catholique romain fidèle à la Tradition et à sa sainteté le pape François
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bruno Devos, la face cachée de l'Opus Dei, 2009.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ChristianK



Nombre de messages : 345
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Bruno Devos, la face cachée de l'Opus Dei, 2009.   Sam 24 Jan - 22:20

Bruno Devos, La face cachée de l' opus dei, Renaissance, 2009. 250 p.

Cette attaque contre l`opus dei par un ex membre de 13 ans n`est pas de haute qualité mais instructive pour certains faits nouveaux et aussi pcq elle aboutit à son contraire, i.e. essentiellement un plaidoyer pour l`opus. Car ce que l`auteur prend pour des défauts sont en réalité sauf pour un point crucial (discernement des vocations) des qualités.
Il y a 102 p. de citations.
Le lexique de la fin est une horreur qui décridibilise le livre, p.ex. il présente la confession comme un moyen de contrôle, mais même si c`était vrai ca ne changerait rien au sacrement, dont lìmportance et la validité sont passés sous silence.
Une inexactitude : Il prétend que l`opus accapare toute la vie des membres, en particulier des numéraires, ce qui est impossible : les surnuméraires sont mariés et vivent en famille, et sont l'immense majorité (85%)
Il cite à l`appui le livre de Tapia, sans voir plus loin, que celle-ci formait part du désastre de la crise postconciliaire vers 1970 – cf. compte-rendu :  http://lukeraid.tripod.com/opusdei/id16.html. Tapia n'est pas fiable purement et simplement comme semble croire l'auteur, qui donne ainsi l'apparence de vouloir flèche de tout bois.
En revanche il cite un assez long témoignage de Pannikar, un ex membre, qui est équilibré.

Témoignage de Belgique (dont le catholicisme est cependant décadent à mon avis, faute d'adaptation, c'est à dire de fermeture au monde raisonnable et suffisante) intéressant:

233    de  75 à 85: 25-30 demandes d'entrée et en reste 5 en 2005.  En 85 : env 45 numéraires et .37 en 2005, de 15 ans plus agés;  au total 66% de départs.  Pas très brillant comme persévérance donc, et on peut penser à 2 éléments:
-ca pourrait se comparer à un tiers-ordre laic ou il y a du va et vient.
-ca pourrait refléter le problème de discernement des vocations..


1)     Son cas
Il connait un départ douloureux vers 2003 apres 13 ans, sous le poids de  la fatigue accumulée, de témoignages négatifs des autres, de l'atmosphère de fermeture.


31 (en 13 ans, il n'a pas remis en question une fois sa vocation ou l'opus
37 (je n'ai jamais pu recruter un seul membre.; on le traite de désobéissant car pas assez insistant dans ses efforts
41 je n'avais pas leur cuir, j"étais trop idéaliste (comparé aux autres membres
43 (devient dépressif et cherche conseils externes, et se tourne contre l'opus

--il est vraisemblable que les conseils externes furent hostiles car bien plus mondains que l'Opus

51 perd ses certitudes en faisant retraite ignatienne, Dieu n'est pas un juge sévère

--indice important: la religion cucu, ou en tout cas plus molle, qui risque de percevoir de la sévérité dans l'équilibre normal des comptes à rendre à Dieu

173 (témoignage d'un frère de numéraire: il y a beaucoup de névrose et dépressions
201 ( ceux qui restent sont tristes

--C'est possible mais je me méfie, on lit la même chose chez Tapia, comme s'il était normal de quitter l'Opus et anomal de rester. Cela dit la fatigue est possible et les erreurs de jugement à ce sujet. A étudier.
La tristesse de ceux qui restent me semble invraisemblable - je crois que c'est plutot la tristesse de ceux qui n'étaient pas à leur place et qui ont quitté.
Dans ce genre de diagnostic il faut toujours prendre garde à la religion rose et mièvre qui risque de colorer l'interprétation. On voit souvent cela à propos de la messe tridentine.

On peut penser que peut-être il n'était pas à sa place, mais il semble y avoir eu des frictions, il ne semble pas être sans responsabilité dans son échec, il n'a pas totalement observé ses devoirs, et il rationalise ensuite en quittant. Difficile à dire.




2)     Fermeture au monde

27 (règlements précis en détails infimes;
entre nous, messe en latin et manières déférentes traditionnelles; mais si un étranger est présent la messe est en francais, et plutot que d' expliquer ces choses on veut le secret; on doit se cacher pour dire certaines prières latines, les autres ne doivent pas les connaitre
28 (il faut se cacher comme en catacombes, ) comme si le monde extérieur constituait une menace

-- il est effectivement une  occasion de  péché, surtout en certains milieux. Absolument tradi et classique.

133 (une fille: ils sont fermés et méprisants.... untel critiquait ceux sans soutane ou clegyman
...le modernisme faisait dérailler l' eglise (dit un fiance surnuméraire)

--Tout ceci est extrêmement intéressant et constitue des faits importants et nouveaux pour moi: la fermeture au monde est tradie, comparable à la FSSP et FSSPX etc., SAUF qu'elle est à la puissance deux. Elle est elle-même cachée, ou fermée à son tour, pour ainsi dire intime et privée. Et elle ne concerne pas, ou peu, les surnuméraires mariés (la majorité); elle est donc sectorielle, pour certains seulement, qui auront ensuite des forces spirituelles pour tirer les autres vers le haut (dans cette perspective et spiritualité tradie).
Donc les numéraires sont beaucoup plus tradis qu'on le croit bien que ca ne paraisse pas du tout . Si donc, sociologiquement, l'opus se trouvait (faut vérifier) avoir du  succès l'explication se trouverait dans cet indice qui manquait: le succès aurait exactement les mêmes causes que celui des tradis (15-20 fois plus de vocations). On doit noter toutefois que ce n'est pas l'Opus lui-même, tout court, qui serait cryptotradi, mais seulement la minorité de numéraires.


3)     vocation

190 (la prélature personnelle ne peut recruter de laics selon le droit canon

--Ceci me semble invraisemblable et indice d'incompétence. L'opus est très calée en droit canon et Rome ne peut avoir approuvé des constitutions qui seraient illégales...

35 (recruter: but caché
36 (il y a recrutement sans discernement, au nombre
61 (caté de l' opus: pour la  validité de l'incorporation, pas besoin de conscience actuelle des obligations, l' intention de les assumer suffit. ;
le devoilement est progressif sur 3-4 ans.
199 le temps de discernement : formalité juridique
139 (ils sont supposés être des xtiens ordinaires, pas des moines avec des voeux d'obeissance
189-190 (un temoin: c'est une mystification car une vie supposée ordinaire n'est pas encadrée par de rigoureuses pratiques monastiques;

--On reconnait les Jésuites classiques sauf, et c'est la clef, pour les trois ans de noviciat sur dix ans de formation. Ce problème de discernement des vocations vient de ce que l'Opus est chose assez récente: ce sont des laics, mais ordinaires en un sens seulement, mariage, carrière etc. Et les numéraires sont moins ordinaires que les surnuméraires mariés. Alors là il y a certainement des erreurs de prudence et les 5 ans avant l'entrée finale ne sont pas utilisés suffisamment au discernement profond; très probablement parce qu'on se dit que ce n'est qu'une vie de laic ordinaire. Pour les surnuméraires pas de problème ca marche, mais les numéraires c'est probablement autre chose.


199 (un temoin: on m 'a menti en disant que j' avais la vocation; personne ne pouvait avoir cette certitude

--Il y a peut-être une confusion là, avec l'appel universel à la sainteté. Sur le fond c'est vrai, seul le sujet peut avoir une certitude.

209 (un temoin: la grace d'état des directeurs est invoquée pour les vocations

--classique mais peut être  glissant. Le directeur peut donner une opinion cependant. Il le faut, puisque une demande doit être approuvée (mais après la demande bien sur)



194 (alvaro, ex-prélat général: quitter est une trahison, pour les ames et Jésus;
C'est un enfermement total
196 (un temoin: elle prend l'engagement définitif pcq  il est clair que c'est son devoir selon ses directrices
; elle devient malade et on lui dit que c' est sa vocation, qu' il faut accepter
205 (escriva: aucun de vous n' a le droit de douter de sa vocation- )
c'est la preuve que la vocation est considérée identique à être dans l'opus  

--Tout à fait logique et tradi si les "voeux" sont authentiques. Toute la question tourne autour de cette authenticité.

207 (il vois un déni de liberté de conscience en un texte officiel qui dit : on doit obliger quelqu'un à être fidèle à sa vocation et il ne faut pas penser que ca veut dire que Dieu veut le malheur de la personne
208 ( même texte: Dieu donne la vocation pour toujours

--classique. Mais obliger à être fidèle peut devenir glissant... Imprudent.


212 (un témoin: il faut à tout prix éviter les départs, surtout s'il y a scandale
213 (suite : il y a des sorties en douceur, mais tout est étudié. Le plus souvent ce n'est pas en douceur.

--Difficile à dire. Il semble que les sorties soient assez nombreuses, et que seuls les cas fracassants ou hostiles soient connus.




4)ascétisme



93 (mortification= inhumain: réfréner amour ,fantaisie ,chair
109 (dolorisme contraire a l'église
191 (opus développe le mépris des biens de ce monde  

114 (une sorte de calvinisme catholique, qui lie sainteté et performance
132 (direction spirituelle en contradiction avec les pratiques de l'église


-- en tout cas pas avec celles des  jésuites classiques, d'ou elles proviennent directement:

http://lukeraid.tripod.com/opusdei/id21.html

--Toute tendance antiascétique dans la période postconciliaire est extrêmement suspecte, elle est caractéristique des ordres décadents marqués par le consumérisme.

219 (les moyens de sanctification poussés à l' extrême deviennent toxiques

--oui mais ou est l`extrême exactement? N'est ce pas plutot lui qui est devenu mou?



5)obéissance


69 (controle totalitaire
217 (L'auteur est contre la spiritualité autoritaire en général...une obéissance devoyée;
un auteur cité: ca concerne la théologie morale des 3 derniers siècles et l'ascèse depuis la renaissance
(40 ans apres le concile l`obéissance aveugle continue
187 (abus: confondre la volonté de Dieu avec celle des directeurs
; caté opus: le supérieur est le représentant de Dieu.  

--oui c'est l'obéissance ignatienne, comme une cadavre.  L'auteur fait preuve d'une extraodinaire naiveté en ne reconnaissant pas la spiritualité jésuite classique. Son antiascétisme est évident et ruine grandement sa critique de l'Opus.
Pire encore, ce qu'il reproche à l'Opus est dans le concile, et c'est bien l'auteur qui a perdu le nord dans les méandres de la crise postconciliaire; il prend des qualités pour des défauts!:



Concile : les religieux font l’offrande totale de leur propre volonté, comme un sacrifice d’eux-mêmes à Dieu, …les religieux, sous la motion de l’Esprit Saint se soumettent dans la foi à leurs supérieurs, qui sont les représentants de Dieu,

Droit canon
Can. 601 - Le conseil évangélique d'obéissance, assumé en esprit de foi et d'amour à la suite du Christ obéissant jusqu'à la mort, oblige à la soumission de lavolonté aux Supérieurs légitimes qui tiennent la place de Dieu,



174 (la charité disparait au profit d'obéissance à des  coutumes ,normes,etc.
178 (pour l'opus la charité c'est rapprocher de Dieu, pas voir à ses propres objectifs

-encore des erreurs qui le trahissent: la charité implique la sanctification et le devoir d'état, et effectivemment d'abord et avant tout le salut des ames.


-----------------

Il se trahit encore davantage dans une entrevue, qui montre bien son point de vue déformé:


Cette Église, qui est en retard de plus de 200 ans sur l'évolution des mentalités, est condamnée à disparaître. Elle a d'ailleurs déjà disparu, il n'en reste que des vestiges : des églises vides et des prêtres âgés de plus de 70 ans. Dans 20 ans, il n'y aura plus personne : ni prêtres, ni paroissiens. Un mouvement de renouveau avait été amorcé il y a 40 ans avec le concile Vatican II. Ce mouvement n'a pas porté les fruits espérés, et Benoît XVI est dans la continuité de Jean-Paul II : au lieu de réformer, il essaye de perpétuer le modèle d'une Église qui a déjà échoué. Cela ne prédit rien de bon.

Les dérives sectaires que je dénonce dans mon livre ne concernent pas uniquement l'Opus Dei. Elles sont présentes dans les "nouveaux mouvements" qui en réalité souscrivent à une théologie obsolète, préconciliaire, peuplée de péchés et de démons. Cela concerne par exemple les légionnaires du Christ, le Chemin néocathécuménal et bien d'autres.

--Surréaliste de ne pas voir que les échecs sont postconciliaires avant tout...
Ensuite,  ce n'est plus l'Opus qui est attaqué ici, mais l'église.... Pire encore, dans la ligne de l'antiascétisme en s'opposant à la lutte contre le péché!!!
Comment ne voit-il pas qu'il nous fait admirer l'Opus Dei???


--------------

En conclusion, pas un livre très sérieux mais des infos intéressantes:
-les chiffres en |Belgique
-le caractère cryptotradi des numéraires et l'usage du latin.
-une appréciation sans doute juste que le problème principal concerne le discernement vocationnel, celle des numéraires seulement, et la nature ces vocations, dans une institution relativement nouvelle. C'est le seul et unique point que l'Opus devrait considérer, et pour le reste , résister de toutes ses forces aux suggestions et critiques de l'auteur, devenu beaucoup trop mondain au mauvais sens.


Dans cette ligne, voici un texte qui me parait éclairant:

I just finished reading John Allen's paintaking reportage in his latest book on Opus Dei, which I heartily recommend and for which I'm duly grateful. I welcomed this spiritual and apostolic coach into my life when a Harvard freshman nearly 48 years ago. May I try to shed some light on the debates and misunderstandings dogging Opus Dei, and not always from outside?

Most of the rubs, as I see it, come from an uncertain commitment to the end (answering God's love), which spills over onto the means (something Opus Dei may sometimes offer too seriously). When that happens, what should have been stepping stones easily turn into stumbling blocks. An analogy: the best dispositions for making the most of the Marines' Camp Lejeune are two: really wanting at all costs to be a top-notch Marine, coupled with the conviction that one's undisciplined self is enemy numero uno. Otherwise the painful training and the bullying drill sergeant come across as heartless, excessive, even gratuitous.

When Opus Dei ends up being more earnest in its coaching than the player's commitment to win the game, the mismatch spells conflict and eventual attrition.


L'Opus ressemble à un capitaine recruteur de la Légion étrangère tout sourire en gants blancs, suave, parlant de grande aventure et de camaraderie; puis quand le candidat se retrouve en camp d'entrainement face à l'adjudant-chef, c'est plus pareil.
Je crois que l'équivalent-noviciat n'est pas asseez poussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bruno Devos, la face cachée de l'Opus Dei, 2009.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allende, la face cachée : antisémitisme et eugénisme
» Mars : La face cachée de la NASA (1/2)
» "La Face cachée de l'ONU" Mgr Michel Schooyans
» Cloclo 2012 : la face cachée d'une idole!fleur
» Livre:La face cachée de Medjugorje

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemin Faisant... :: Nos forums :: Discussions-
Sauter vers: