Chemin Faisant...

Forum catholique romain fidèle à la Tradition et à sa sainteté le pape François
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mini-scandale à Pastorale Québec 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ChristianK



Nombre de messages : 345
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Mini-scandale à Pastorale Québec 2009   Ven 23 Oct - 20:14

Mini scandale à la revue Pastorale Québec  (février 2009)


Un prof. de philo a publié un article dans la ligne de certains aspects de Humanae vitae, aux arguments certes limités mais tout à fait respectable et défendables, assez banal du point de vue catho finalement. Mais la réaction ne fut pas banale, très indicative des pathologies et décadences liées à la génération défroquée, surtout en milieux intellos (et surtout des ans 70).

Idées principales de l'article:

la  contraception semble liée au déclin de la foi et de la famille, contribue à la dénatalité, favorise l `infidélité et le divorce, banalise l`intempérance sexuelle. Elle forme une
Structure de péché.

-Elle a un lien avec le
style de vie en raison de sa  généralisation.

-l'acte sexuel détaché de sa fin peut devenir but en soi. Donc l'attrait du plaisir grandit puisque voulu pour lui-même, il connait difficilemenbt un
frein . L' Enfant devient  obstacle.

-ceci  entraine la  centralité du couple plus que de la famille, puis du plaisir de l`individu plus que de la centralité du couple. (d`où infidélité et divorce)

-on oublie , dans cet individualisme, qui se voudrait idéalement responsable,  la faiblesse humaine et le péché originel

-. La contraception ne  favorise pas la chasteté en général.

------------------------

On voit très bien le rapport entre ces idées et le no. 17 de Paul VI:

"Graves conséquences des méthodes de régulation artificielle de la natalité
17. Les hommes droits pourront encore mieux se convaincre du bien-fondé de la doctrine de l'Eglise en ce domaine, s'ils veulent bien réfléchir aux conséquences des méthodes de régulation artificielle de la natalité.

Qu'ils considèrent d'abord quelle voie large et facile ils ouvriraient ainsi à l'infidélité conjugale et à l'abaissement général de la moralité. Il n'est pas besoin de beaucoup d'expérience pour connaître la faiblesse humaine et pour comprendre que les hommes - les jeunes, en particulier, si vulnérables sur ce point - ont besoin d'encouragement à être fidèles à la loi morale, et qu'il ne faut pas leur offrir quelque moyen facile pour en éluder l'observance. On peut craindre aussi que l'homme en s'habituant à l'usage des pratiques anticonceptionnelles, ne finisse par perdre le respect de la femme et, sans plus se soucier de l'équilibre physique et psychologique de celle-ci, n'en vienne à la considérer comme un simple instrument de jouissance égoïste, et non plus comme sa compagne respectée et aimée.

Qu'on réfléchisse aussi à l'arme dangereuse que l'on viendrait à mettre ainsi aux mains d'autorités publiques peu soucieuses des exigences morales. Qui pourra reprocher à un gouvernement d'appliquer à la solution des problèmes de la collectivité ce qui serait reconnu permis aux conjoints pour la solution d'un problème familial ? Qui empêchera les gouvernants de favoriser et même d'imposer à leurs peuples, s'ils le jugeaient nécessaire, la méthode de contraception estimée par eux la plus efficace ? Et ainsi les hommes, en voulant éviter les difficultés individuelles, familiales ou sociales que l'on rencontre dans l'observation de la loi divine, en arriveraient à laisser à la merci de l'intervention des autorités publiques le secteur le plus personnel et le plus réservé de l'intimité conjugale.

Si donc on ne veut pas abandonner à l'arbitraire des hommes la mission d'engendrer la vie, il faut nécessairement reconnaître des limites infranchissables au pouvoir de l'homme sur son corps et sur ses fonctions; limites que nul homme, qu'il soit simple particulier ou revêtu d'autorité, n'a le droit d'enfreindre. Et ces limites ne peuvent être déterminées que par le respect qui est dû à l'intégrité de l'organisme humain et de ses fonctions, selon les principes rappelés ci-dessus et selon la juste intelligence du " principe de totalité " exposé par Notre prédécesseur Pie XII (21). "



--------------------

Or un édito quasiment comique du no. suivant fait mention d'une avalanche de plaintes, au point d'entrainer la non publication d'un 2e tranche de l'article, qui aurait peut-être donné un point de vue plus complet. Sous le titre "Parer   la blessure" On Réfère à des écrits parus dans un journal local puis à des  réactions de toute part à l`article ci-haut; engagés, agents de pasto, ministres, se sont dits étonnés, stupéfaits, outrés, peinés, blessés par les propos. Réactions nombreuses.  
Ansi un simple développement de certains aspects d'une encyclique cause un scandale dans certains secteurs ecclésiaux, signe évident de décadence et annonce de mort à terme.

Puis dans le no. suivant, on publie une critique plus ou moins bien ciblée, après non publication du point de vue complet qui se trouve critiqué...
Les points de cette critique sont, avec mes commentaires:




-les maux de la société viendraient  de la contraception  , qui serait cause unique. C'est un   Problème d`historiens et sociologues.

C'est faux, l'article dit seulement que certains maux importants y sont liés. Et Paul VI le dit aussi, bien que de facon moins détaillée.


-Il est  choquant que les naissances  servent  de régulateur à l' activité sexuelle. La crainte de l`enfant serait  un frein.


Que cela paraisse choquant est sans importance, sauf pour les relizions cucu zoie et partaze des années70.  L'argument doit être considéré en et pour lui-même, savoir un lien probable entre chasteté et continence régulatrice des naissances (le mot crainte est ici excessif, ou pas nécessaire). Ce qui n'exclut pas bien sur que sans contraception la chasteté puisse être aussi malmenée.

_
-La doctrine de l`encyclique est redéfinie en fonction ...du plaisir et de la valeur de la chasteté


faux, elle n'est   pas redéfinie, mais vue sous cet angle. C'est incomplet mais légitime, surtout d'un point de vue   plus sociologique. Mieux encore, théologiquement l'article semble plus complet que l'encyclique par l'ajout de la notion de péché originel, un approfondissement.


-laisser entendre que c`est cette question qui détermine le refus opposé à la contraception est une erreur. Les Dimensions unitive et subjectives sont
ignorées


oui mais ces dimensions n'étaient  pas son propos, et ca n'a rien d'illégitime ou de logiquement fautif à propos des points qui eux sont traités. Il ne dit pas que c'est cette question qui détermine le refus, aucunement.


-l'encyclique n'est  pas conséquentialiste bien que les conséquences soient
évoquées au no 17  pour faciliter l`assentiment


Exact, mais il est gratuit de dire que c'était pour faciliter l'assentiment. Cela concernait des aspects plus immédiatement pratiques que ceux de la morale pure enracinée plus abstraitement. D'ailleurs on voit très bien qu'un philosophe pourrait être d'accord avec l'aspect conséquence tout en étant en désaccord avec l'aspect plus central et abstrait.


-Il y a eu des réponses brutales dans l`église du Québec des années 50, sur ces questions, faute de connaissance de la doctrine de Pie XII et de sens pastoral.


la petite relizion cucu des années 70 n'attaquera jamais assez celle des années 50.... Extrêmement suspect. Et pas seulement de distorsion perceptive...

------------------

Pour conclure,  on constate de visu des manifestations pathologiques extrêmement intéressantes, dont il faudra surveiller l'évolution dans les 20 prochaines années...
Il faut dire aussi que, comme la soutane, c'est le contraste qui cause le "scandale", par surprise et étonnement. Un discours normal devient anormal par son absence ou sa censure habituelle par les petites relizions cucu et ramollies.  Dès que la normalité réapparait elle parait anormale, artificiellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mini-scandale à Pastorale Québec 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (2009) Les OVNI, "objet du scandale".
» BILAN HIVER 2008/2009
» Massif du Pilat (départements 07-42-43-69), saison 2008/2009
» 2009: Vers 16h00 - Observation près de Nantes - (44)
» (satellite) Observation d'un point très lumineux - 15 Aout 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemin Faisant... :: Nos forums :: Discussions-
Sauter vers: