Chemin Faisant...

Forum catholique romain fidèle à la Tradition et à sa sainteté le pape François
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Jeu 8 Juil - 2:34

Voici un autre exemple, qui ressemble à Myre mais en pire: il s'agit d'un jésuite devenu athée assez militant, qui a publié un livre sur son expérience et son athéisme vers 2000. On apprend des choses entre les lignes.



-Son athéisme n'a rien de remarquable, Il est de type vaguement scientiste avec une pointe de philo "psychologisante" (origine des croyances primitives etc.): c'est une critique de l'animisme, très hostile à l'obéissance (présumément celle de S. Ignace "comme un cadavre") - et on sent bien que là est l'origine pulsionnelle de son discours. Il invoque Monod (biologie et hasard), Nietzsche, Feuerbach. Rien de très fort et assez banal. Mais une ignorance ou négligeance très frappante de la philosophia perennis, de PLaton à Maritain, en passant par Kant. On penserait à une médiocre formation dans les scolasticats des ans 60, à une nullité totale en apologétique (fondements de l'existence de Dieu et de l'immortalité de l'ame). Sans compter l'admiration très à la page pour Teilhard, pensée fort molle si on s'y limite trop...



Maintenant le plus important:



-né en 1942, à cheval donc sur les générations lyriques et défroquées, vulnérables à toutes les pathologies qui allaient suivre

-jésuite de 63 à 78. Ptre en 71. Prof de cegep dans les ans 70.

-a commencé par aimer Teilhard de Chardin, puis Monod (1970) l'impressionne beaucoup

-au milieu des 60s il avait la même forme de pensée que les laics étudiants; pas encore marxistes, mais de son age et tempérament, parfois des socialistes et communistes (Parti pris). Nous nous entendions bien, malgré des idéologies différentes...nous avions les mêmes réflexes d' engagement
-furent les premiers à abandonner les soutane et à porter la cravate en certaines circonstances. Dans la vie de tous les jours les jeans



[le jeans - habit religieux de Myre...]



et teeshirts se révélaient pratiques. L'habit ne fait pas le moine était trompeur, le jean m'insérait peu à peu dans un univers différent de celui de la tradition religieuse
-au scolasticat Immaculée conception: les journaux circulaient librement et on suivait scrupuleusement les bulletins de nouvelles à la TV



[comme chez les CSV, on met l'Imitation de JC aux poubelles]


-un camarade qui quittera dans 4 ans fait du social avec Jacques Couture; il invite Mario Bachand du FLQ pour une soirée, qui donne des pointes anticléricales, mais tout le monde se rejoingnait pour la lutte pour les pauvres
-en 1965: va aux réunions du RIN et vote pour eux en 66, qui reflétaient un sentiment profond des jeunes québécois; rien d'exceptionnel à son cas, il croit que majorité des futurs ptres étaient semblables



[la génération lyrique qui suit la génération défroquée et qui annonce la mort]


-a appartenu a cette génération de ptres qui au début des ans 70 se sont libérés des habits liturgiques, qui ont refusé le calice d'or...pour une coupe en étain ou verre, avec du pain ordinaire [Harvey a déjà parlé de "toasts beurrées" sans autres commentaires, indice pathologique], qui ont improvisé les gestes et textes... Dans notre douce délinquance nous acceptions que ce soit une femme qui préside et prononce les paroles essentielles (on se demandait si le pain allait "virer" quand même); ca se passait en communauté de base.



[sans commentaire mais très intéressant; évidemment la providence a procédé à l'exécution de ces ptres, -en tant que ptres. De tels crimes qualifiés de douce déllinquence indiquent la profondeur des pathologies]



-immense effort de renouvellement des rites vers 70; beaucoup de jeunes là dedans, mais résistances aussi, selon les générations; ces jeunes ont quitté la barque pour passer à autre chose... Toutes les cérémonies auxquelles j'ai assité depuis 20 ans se conforment aux modèles préconciliaires revenus en force



[Charles dit exactement la même chose dans La génération défroquée: la liturgie novus ordo que pourtant on ne reconnait plus tellement son atmosphère est différente est percue - distorsion perceptive - comme semblable à la messe tridentine! Seule la messe à gogo, ou avec des toasts beurrées, serait vraiment différente. C'était évidemment le défroquage par l'intérieur, via le sacrilège. Le déplacement extrême dela perception de la réalité]


-il considère Julien Harvey comme une des plus remarquables intelligences du Québec; il l l'a beaucoup cotoyé, avec grand plaisir.
-Harvey manque de faire une syncope quand il lui dit je quitte pour autre chose, en 1978.



[si Julien Harvey était admiré par lui alors il est évident que le provincial Harvey, prof de théo. à Mtl, devient hautement suspect de pathologies de l'époque ou de quasi-décomposition mentale postconciliiaire; de plus, comment Harvey pouvait-il, sans inconscience, ou sans être lui-même contaminé, être étonné de ce défroquage d'un religieux de ce genre, prof de cinéma dans un cegep des ans 70? Le fait que Harvey ait pu être le moindrement surpris de cet aboutissement naturel est très indicateur]





Je tire 2 enseignements principaux: les pathologies défroquantes chez ce jeune homme fragile étaient déjà là vers 65 et il ne fut pas protégé contre ca par le scolasticat jésuite, ni expulsé en protection de la communauté et des fidèles. Ensuite l'attitude de Harvey qu'on peut deviner à peu près confirme que le défroquage n'était pas sans lien avec les pathologies de la communauté jésuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Mar 2 Nov - 22:47

Pathologies jésuites: Livres de Latourelle

Voici un auteur sérieux et estimable (né en 1918, loin des novices s.j. des 60 et même, sans doute, de feu Julien Harvey), peu suspect d’influences décadentes québécoises (comme il le dit lui-même), puisqu’il a fait carrière à la Grégorienne de Rome et qui pourtant, à coté de passages clairvoyants, fait montre (au moins potentiellement, possiblement)de terribles erreurs d'interprétation, de renversements de la réalité qui poussent littéralement à foncer dans le mur. Les causes de ce phénomène sont donc complexes et ne se réduisent pas aux pathologies occidentales ou québécoises.

Il faut souligner toutefois que ce sont des livres de 1995 et 2000. Ces années là manquaient encore d’un peu de recul.
------------------





René Latourelle , Quel avenir pour le christianisme 2000




2 (pour la première fois, Occident massivement indifférent)
(Kolvenbach: indifference est le plus grand defi; on ne sait plsu par ou commencer)
3 (quebec a suivi dans la décadence avec quelques decennies de retard)
8 (montée fulgurante du paganisme en occident, puissance de mort)
9 (accelération de révolution tranquille: foudroyente décomposition; dépasse occident en décadence; signe de fragilité de notre catholicisme)

--bon coup d`œil en gros. Admet le désastre postconciliaire, première condition de solution. Mais on sent un élément d’anomalie : il semble blamer l’avant concile, ce qui est bien moins vraisemblable que le blame du postconcile ou même du concile lui-même. Pire encore, il cherche la solution en direction inverse (plus loin son fanatisme le montre incapable de blamer le concile à titre de simple hypothèse, et il blame ceux qui ont le réalisme de considérer cette hypothèse.)


16 (passé: prédication trop souvent sur fins dernières (enfer et jugement), trop moralisante, ne pouvaient nourrir des fidèles assoiffés de sens; légalisme; pratique pénitentielle jouxtait le délire,\ liste péchés; menace enfer...comme dictature sur consciences. On se plaignait de centralisation et abus de pouvoir.

--Totale inconscience qui commence: ce passé était lié probablement au succès et au dynamisme. C’est la relizion cucu qui meurt faute de sérieux, et c’est elle seule qui fait percevoir le passé ainsi, qui était probablement plus équilibré que la distorsion perceptive le laisse entendre : la religion cucu censure plus l’enfer que le passé ne censurait le ciel. Devinez pourquoi…


24 (ignorance religieuse affolante)
26 (église frappée de stérilité; vieillissement généralisé)
28 (arrive pas à être présente au monde; moqueries, sarcasmes, caricatures, mépris)

--comment diable l’A. peut il réaliser le tour de force de ne pas voir que ces choses viennent du postconcile?? Je l’ai déjà dit ailleurs, plus je réfléchi plus je pense qu’il y a une sorte de maladie mentale postconciliaire, analogue au 68ardisme, et qui rend aveugle à certaines choses précises. Le mépris (pour les relizions cucu), l’ignorance, la stérilité ne peuvent tout simplement pas être mises en rapport avec la période tridentine, ou avec 1950.


30 (reconnaitre impuissance, ses torts passés, volonté de puisssance, condamnations)
32 (nous avons manqué la centralité absolue du xt; CENTRE SUR PERSONNE XT avant tout)
33 (trop souvent maquillage: peur au lieu de amour, dévotions secondaires, pouvoir, imperatifs au lieu de écoute et dialogue, interdit au lieu de conscience, Sinai au lieu de béatitudes.... se débarrasser de ce maquillage)
34 (nous sommes trop distants du concile encore)
35 (concile surtout appliqué en europe, moins nous)

--Toutes ces choses accentueront vraisemblablement le mal, la religion cucu, la décadence hollandaise, belge, jésuite, la contre-apologétique. Rien n’est plus pressant que l’apologétique et le mépris du monde pour renouer avec le concile (modéré) et l’évangile (et son sens souvent négatif , bien que non exclusif, du mot monde). Le christocentrisme est un des instruments qui couvrent la cuculisation, inconsciemment. Il faut peur et charité, voir trop de peur c’est déformation cuculisante.


42 (renaissance: priants et souffrants=énergie spirituelle du corps mystique)

--OK mais il n’y aura pas de role pour les souffrants sans mépris du monde, car les mondains (disons: la bestiole de cegep des ans 70s) ne veulent pas leur donner de role.


46 (il y a un schisme souterrain qui mine)

--ca vient du mépris de la doctrine et de la religion émotive personaliste, et justement de la personnne du XT, car ces choses sont manipulables en tout sens. Et elles sont la PCQ elles sont manipulables.


49 (forces immunitaires du québec réduites a néant)

--Il est in-cro-ya-ble que l’A. ne voie pas le lien avec le postconcile et/ou le concile… ca défie l’entendement, cet aveuglement. Ou si on ne veut pas parler de lien, au moins de lien simplement possible. Mais non, le fanatisme postconciliaire est là.


52 rencontrer jésus
...pas d'abord doctrine et préceptes, interdits Mais PERSONNE

--couverture de cuculisation. On ne peut le rencontrer sans lutte contre les occasions de péché donc sans mépris du monde, essentiel aussi au développement du sens de l’éternité.
On voit l’incohérence ici : il se plaint de l’ignorance, mais il ne veut pas du remède, la doctrine d’abord, l’apologétique, pour amorcer les processus voulus.


-------------------------------------------------------------------------

R Latourelle, De la morosité à l'espérance 1994

11 (morosité de civilisation et église: contraste flagrant avec époque conciliaire et aussi autres chrétientés)
13 (société court vers abime et si rapide que le concile a été incapable d'en freiner le rythme; et il dit que la société a CONTINUE sa course après le concile!
14 (les xtiens souffrent d'une situation dont ils sont les 1eres victimes; rejette optimisme de commande)
15 (ferme et lucide sur décadence: seule thérapie)


--La morosité POURRAIT venir du fait que le concile fut un désastre. C’est plausible et ca doit être sérieusement examiné. Peut-être que c’est faux d’ailleurs.
Les séminaires et noviciats n’ont PAS continué leur course. De pleins ou semi pleins ils se sont vidés. Comment un concile d’ouverture pourrait il freiner quoi que ce soit?? C’est peu vraisemblable.
L’A. rejette l’optimisme de commande et admet le désastre. Bravo. Mais il stoppe en chemin. Ne voit-il pas qu’il va se faire traiter de prophète de malheur par ceux qui citent le concile et le mot fameux de Jean XXIII? Ne voit-il pas que l’optimisme de commande est une chose conciliaire?


17 (indifférence religieuse: anciens xtiens ont laché avec rancoeur contre xtismne axé sur le péché, religion d'oppression répression... peurs

-- mais justement la PEUR est contre l’ indifférence, c’est un puissant facteur motivationnel, pour ou contre le xtianisme.
La question dont traite l’A. est très complexe et il faut voir toutes les hypothèses : il est possible que la rancœur ne vienne pas des religions sérieuses mais du PASSAGE (manipulateur) des religions sérieuses aux relizions cucu. Attention au simplisme.


32 (crise de la théologie; sabotage individualiste: hors toute tradition et conciles; autrefois on passait l'église, maintenant c'est le xt.. Première cibles: miracles)

--Comment ne voit-il pas que c’est lié à ce qu’il soutient : un certain mépris de la doctrine et de l’apologétique? C'est le monde à l'envers de dire que la doctrine est trop prechée et tout à la fois qu'elle est ignorée des gens.


35 (vatican II : seul sauveur)
41 (rejet suicidaire du passé: revolution tranquille;
43 (honte de nos origines fondatrices; et ignorance)

--comment ne voit-il pas que le concile est coupable, au moins en tant qu’événement? Vatican IIl développe la honte de Trente. L’A. la développe lui-même!!!


47 (on devait hurler contre TV mais tout passe.

--bien sur, faute d’ apologétique antimondaine. les relizions molles meurent.


50 (une société qui ne peut pas voir sa décomposition est destinée a disparaitre; d'autres seront venus d'ailleurs et feront les funérailles de la défunte nation et prendront la relève

--absolument, et pourquoi pas. IL EN EST DE MEME DES EGLISES ET DES ORDRES RELIGIEUX, mon vieux.


57 (comment les xtiens se sont ils laissés contaminés

--ben devine pourquoi….


59 (double risque: trop coupé, trop ouvert sur le monde)

--oui, alors qu’est-ce qu’il attend pour parler de coupure et mépris du monde?


68 (Eglise avant Trente s'était enlisée dans la culture de la renaissance

--très clairvoyant, alors pourquoi ne tire t il pas les conclusions normales, sachant que Vatican II est vu presque toujours comme antitridentin?


73 (écroulement de occident actuel: clair danger de mort

--tout le monde meurt.


74 (seul vrai besoin: saints

--oui. Bon pt


77 (concile: abolition de centralisation excessive romain qui nuit aux eglises locales;
de 44 a 58 Pie XII concentre tous les pouvoirs entre ses mains, sans secretaire d"Etat, pontife isolé;
groupe des conservateurs, surtout au Vatican, timorés, pris de peur et de panique, DEVENANT AGRESSIFS ET DANGEUREUX
(juste retour des choses, théologiens suspects, artisans du concile; les accusateurs ont sombré dans l'oubli

--comment ne voit-il pas que c’est suspect, imprudent , dangereux, ces théologiens suspects maitres du concile?


79 (concile: le plus grand de l'histoire, la plus grande réforme;
80 (vatican II : originalité unique

--fanatisme évident. Ce concile ne vaut pas plus que Trente, que Vatican I, une chose parmi d’autres, probabablement plus suspecte. Il est peut-être un désastre, un chatiment, une épreuve, une transition vers Trente II. On ne sait pas pour sur.


81 (pour la première fois des experts, dont le nombre est passé de 201 a 480... ont collaboré a la rédaction;
"ceux qui refusent de reconnaitre l'autorité d'un concile qui a mobilisé tant d'énergies, qui a atteint une telle unanimité, ... ne donnent ils pas des signes d'aveuglement?

-- ils se méfient de cette unanimité suspecte, surtout dans les ans 60.


81...un mouvement de libération formidable

--L’A donne la raison de cette méfiance lui-même!!!


82 saisissement irrépressible devant une nouvelle plénitude des temps

--Oh boy! Le fanatisme de la génération lyrique et de la génération défroquée. Pourtant ce garcon si sérieux est né en 1918. Probablement un effet réactionnel jésuite, étant donné cette spiritualité…
Lire Ricard: La génération lyrique.


83 (clé d'interprétation du concile, c'est le xt parmi nous qui, de nouveau, a dessillé les yeux de son église

--Voilà, de l’obscurité à la lumière. C’est si peu réaliste et modéré qu’on DOIT soupconner un fanatisme aveugle qui sera littéralement incapable de percevoir certaines choses, même avec bonne foi et intelligence.


84 les xtiens les plus sérieux attendent une réactivation du concile et de son esprit

--L’esprit, en raison de son flou, peut réactiver le désastre. C’est une possibilité. Il faut réactiver le texte avant tout, qui parle a répétition de défense de la doctrine et qui parle une fois de vengeance divine, en accord avec l'Ecriture qu'on aime tant (Lib rel. 11 "vindictam").


96 (importante nouveauté: meilleur équilibre entre liturgie de parole et liturgie du SACRIFICE

--faux, le saint sacrifice est censuré (surtout sacrifice pour les péchés ou le péché originel, devinez pourquoi…). C’est comme de dire qu’il y a un nouvel équililbre entre Dieu d’amour et Dieu vengeur, alors qu’autrefois on avait surtout un Dieu vengeur.


97 (on a aboli) une célébration eucharistique étanchement isolée du vécu quotidien

--Désacralisation et cuculisation.(sauf exception). A vomir ou à bailler, dans mon cas.


101 (depuis concile, centaines de centre bibliques; "ame de toute la théologie" a renouvelé entièrement les méthodes d'enseignement; le temps est révolu ou (on prenait écriture pour) appuyer ou démontrer des positions doctrinales énoncées en forme de thèses

--et pas de lien entre ce renouveau et le désastre et l’ignorance? Et la crise de la théologie ?
Ben voyons…


107 (admet décadence des religieux mais il faut dépasser cela)
par simple souci de justice, on devra d'abord reconnaitre...un vaste processus d'autocritique...des adaptations spectaculaires...des virages prodigieux, dans un esprit de fidélité créatrice

--La Langue de vent (Régis Debray) chez un esprit si respectable, ce n’est pas une question de culture ou d’intelligence mais de maladie. Un peu comme les aveuglements du marxisme chez les intellos…
incroyable inconscience pathologique.
La fidélité créatrice on connait ca. Mais la mort approche.


110 (il faut tenir compte du monde de notre temps)
118 (ceux qui disent que xtisme est dépassé n'en on connu peut être que ) DES TRADITIONS SANS assises doctrinales, des pratiques de routine, des interdits, et surtout de la peur. NOUS NE LES BLAMONS PAS POUR LEUR IGNORANCE QUE TANT DE CHRETIENS FIDELES, ET NOUS MEMES D'ABORD, AVONS PARTAGEE, mais pour leur complaisance à y séjourner, pour leur refus d'en sortir. Si Vatican II s'est produit, c'est précisément pour redresser une situation de malaise multiséculaire.

--le monde littéralement à l’envers. Ou possiblement à l’envers. Le mal viendrait d’avant le concile pas d’après.


134 (le modernisme du début du XXe s. fut un effort d'adaptation, un renouvellement de l'exégèse)

--il oublie l’hérésie.Pourquoi?


156 (il faut chercher chose d'en haut) mais la vérité est que les hommes sont invinciblement attirés par la terre

--ben oui. Ca vient d’avant ou d’après le concile ca? Et ca a été favorisé, multiplié par 100 quand?


158 (il faut engagement) se porter d'abord sur la charité à exercer dans le monde présent, avant de proférer un discours sur l'espérance eschatologique

--plus monde à l`envers que ca tu meurs. Les ``hommes invinciblement attirés vers la terre`` il faut continuer de leur censurer les fins dernières et les supplices éternels et leur donner des objectifs mondains. Avec ca le noviciat sj. va se remplir c’est sur…
Je ne puis croire ce que je lis!


175 (énergie spirituelle la plus dense= contemplatifs et souffrants)

--ok


183 (conversion implique autre chose que parole et catéchèse pusillanime et ambigue)

--d’où vient la pusillanimité exactement? De Trente? De l'apologétique tellement présente en caté??


---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------

PS. Voici un extrait du card. Levada, qui peut avoir un certain lien avec ci-haut, sur l'apologétique:

"My own preconciliar (Vatican II, that is) theology course "De Revelatione," taught for his last time by Fr. Sebastian Tromp, S.J., in 1958, began with an introduction "de theologia fundamentali apologetica," and proceeded along the classic lines to discuss the possibility and fact of revelation, and the testimony of Christ - his miracles and the fulfillment of Old Testament prophecies - that grounded the credibility of Christian revelation. I was ordained in 1961 and returned to Los Angeles to work in a parish and teach religion, including apologetics, to high school seniors. When I returned for my doctorate after the Council, I took a course on revelation from Tromp's successor Fr. Rene Latourelle, S.J. In the span of those few years (from before to after Vatican II), the shape of the theology of revelation taught at the Pontifical Gregorian University had changed drastically, to the point where I think it is fair to say that apologetics no longer made an appearance in the theological curriculum. It is true, of course, that the directives for priestly formation continued to emphasize philosophy as a requirement for candidates for priesthood, and the praeambula fidei, especially as emphasized in Dei Filius of Vatican I, would normally be presented there.

The transformation of apologetics into fundamental theology was under discussion throughout the period before the Council. The late Professor Ralph McInerny's book Praeambula Fidei illustrates the interesting development of this transformation among Aquinas' spiritual and intellectual "sons" in the Dominican theological faculties. Moreover, at the Gregorian Fr. Latourelle preferred to speak of a "new image" of fundamental theology, since the basic issues of revelation and credibility remain part of the discipline. In a 1980 article he listed the following developments in theology that contributed to the changed status of apologetics: "renewal in biblical and patristic studies that found a much richer reality in revelation and faith," and a "renewed ecumenical impulse that changed the often aggressive and polemical attitude of the old apologetics into an openness for dialogue" [cf. R. Latourelle, "Nuova Immagine della Fondamentale," in: Problemi e prospettive di teologia fondamentale, Latourelle - O'Collins, eds. Queriniana, Brescia, 1980]."

PS.2 Tromp était considéré comme "pilier du St Office" par le card Ottaviani, celui-là même dont un certain évêque disait infantilement "nous avons lutté (ou vaincu) contre Ottaviani" au retour d'une session du concile.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tardivel



Nombre de messages : 7
Religion : catholique
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: une évolution?   Lun 6 Déc - 10:03

Comment comprendre le phénomène récent d'un certain afflux de nouvelles vocations de jeunes chez les dominicains québécois, dans le contexte que vous avez présenté? Il semblerait que ce ne soit pas des modernistes, à les écouter...

http://www.ecdq.tv/fr/videos/fec8d47d412bcbeece3d9128ae855a7a

http://www.ecdq.tv/fr/videos/50905d7b2216bfeccb5b41016357176b

J'ai croisé les quatres jeunes du premier vidéo (qu'on voit aussi dans le deuxième, avec d'autres) à l'Oratoire Saint-Joseph, durant la vigile de prière tenue dans la nuit précédant la canonisation du frère André; ils portaient déjà l'habit dominicain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 6 Déc - 21:12

Excellente question à laquelle il ne semble pas y avoir de réponse claire pour l'instant. Faut chercher. Ils semblent naviguer à vue, tiraillés entre les tendances, sans que ces tendances soient exclues. On voit ca encore plus clairement dans d'autres pays (voir autre fil sur pathologies). Il y avait 3 jeunes dominicains en tunique à la messe tridentine du congrès de Québec 2008. D'ailleurs même les vieux, ex-jeunes, reviennent parfois à la tunique. Le problème c'est que ce n'est pas tant l'habit en lui-même qui est important
que son obligation avec sanctions en cas de non observance, jusqu'à l'expulsion.

Ce serait plus facile à comprendre si ces jeunes entraient dans une province ou tous ont l'habit, tandis qu'ici ils semblent entrer dans quelque chose qui leur est partiellement contraire. Comment peuvent-ils accepter ca? Pourquoi ne vont-ils pas ailleurs? Hypothèses:

-malgré tout ils restent libéraux: ils préfèrent l'habit pour eux, c'est tout, et ils admettent la génération défroquée. Ce que d'autres ont fait en dogme et morale , la revue maintenant, les petits curetons mondains des 60s
ne leur donnent pas envie de vomir.

-ou au contraire ils partent à l'assaut, en se disant et même
en s'étant fait dire: si vous réussissez à nous convaincre avec le temps on va finir par vous suivre et il y aura réforme des dominicains.

-ou encore ils sont entre les 2: certaines choses complexes demeurent obscures pour eux, ils n'ont pas encore accompli un certain trajet, e.g. qui leur ferait voir que la messe à gogo est une horreur ou à tout le moins qu'elle ne peut symboliser un saint sacrifice, ou encore que la notion de saint sacrifice n'est pas une chose abstraite sans rapport psychologique avec les noviciats vidés (des OMI canadiens, e.g., du vieux Provencher)


Attention au terme¨modernistes¨, il est trompeur et souvent ambigu.


Il est vrai que ces jeunes, d'autre part, semblent signes de succès , mais il faut être très prudent. Un phénomène analogue s'est produit vers 1980, puis c'est retombé à plat: départs, défroquages, certains candidats épouvantables qui feront scandale plus tard, nullités intellectuelles assorties de prétention, etc. Pour les 20 dernières années, il y eu 10 candidats (1 tous les 2 ans) qui sont restés au finish. Les jeunes d'aujourd'hui peuvent quitter, changer, ils ne sont pas tenus par une structure ascétique rigide, ie. protégés contre eux-mêmes et leurs éventuels changements (ce qui seul assurerait l'avenir, comme chez les tradis).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tardivel



Nombre de messages : 7
Religion : catholique
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 6 Déc - 22:11

... en fait, ce que je disais, c'est qu'ils ne semblent pas modernistes, justement; si vous regardez le deuxième vidéo (je vous invite à les voir tous les deux), vous observerez que l'un d'eux fait la lecture au groupe et on voit assez clairement qu'il s'agit d'un de ces vieux livres d'histoire illustrée du Canada qui étaient utilisés jusqu'aux années 60. D'ailleurs un de ces jeunes dit à quel point il est étonné de découvrir que l'histoire qu'il a apprise à l'école n'est pas "la véritable histoire" dit-il, car dans cet ouvrage ils voient combien la foi et la liturgie étaient présentes aux origines de notre collectivité. D'autres emploient les mots "radicalisme" et "absolu" pour parler de leur quête vocationnelle; l'un d'eux affirme qu'ils aiment le pape et l'Église; un autre explique que ce qui l'attire chez les dominicains c'est l'alliance de la vie de prière, de communauté et de travail intellectuel; un autre, que c'est la vie apostolique, dans ce monde "qui n'est plus du tout chrétien, comme au temps des Apôtres". C'est difficile à concevoir, je l'admets. J'ai l'impression qu'il y a un père en particulier derrière ce mouvement.

Ils sont sûrement plus tiraillés que l'impression qu'on peut avoir en les écoutant, mais on ne dirait pas qu'ils désirent naviguer entre les tendances. La question que je me pose, c'est : se rendent-ils compte qu'ils adhèrent à une communauté déboussolée, tout en espérant vivre de son idéal authentique, ou bien en sont-ils inconscients parce qu'ils ont découvert les dominicains à travers quelques membres de l'Ordre qui ont su garder intacte la flamme de leur vocation?


Dernière édition par Tardivel le Lun 6 Déc - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 6 Déc - 22:22

Je reviendrai là-dessus dès que j'aurai pu voir les vidéos. C'est en effet intriguant. Il y a peut-être lente évolution. Peut-être la question que je me pose se posait-elle aux novices de 1968 qui avaient décidé de rester "malgré" les vieux qui leur paraissaient si croulants et inamovibles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Mar 7 Déc - 2:42

Tardivel a écrit:
... J'ai l'impression qu'il y a un père en particulier derrière ce mouvement.

Ils sont sûrement plus tiraillés que l'impression qu'on peut avoir en les écoutant, mais on ne dirait pas qu'ils désirent naviguer entre les tendances. La question que je me pose, c'est : se rendent-ils compte qu'ils adhèrent à une communauté déboussolée, tout en espérant vivre de son idéal authentique, ou bien en sont-ils inconscients parce qu'ils ont découvert les dominicains à travers quelques membres de l'Ordre qui ont su garder intacte la flamme de leur vocation?

Oui, ces vidéos donnent l'impression que vous dites. ILs parlent d'un certain fr. Michel (IL a 37 ans), et je soupconne que les dominicains saisissent une part de la question générationnelle, explicitement; tout ca est voulu. Mais quand ils vont faire leurs études des influences plus négatives pourraient se manifester. D'ailleurs ils disent que la vocation impliquent la durée et qu'il pourrait y avoir un problème là dessus en Eglise - mais il pourrait aussi y avoir un problème chez eux. Je reste donc sceptique quand ils parlent de beaucoup de jeunes chez les domnicains, car ca a déjà eu lieu dans les ans 80. Ils ne restent pas, ils se dispersent; de 4, si on suit les stats, il va en rester 1/2. (la moitié d'un).
Il est très difficile de prouver rigoureusement ici , mais je vais essayer de donner les impressions que ces vidéos m`ìnspirent. OUi c`est remarquable, ce "salut des ames" mentionné, et il ne sont pas "modernistes" (mais il n'ont pas fait leurs 3 ans de théo., ils risquent de pourrir là) , mais ce qui est absent des vidéos est peut-être plus important que ce qui est présent (et pratiquement tout le présent est bon; d'ailleurs ca fait penser aux paroisses: il ne suffit pas de ne pas être hétérodoxe, il faut DEFENDRE activement l'orthodoxie, il ne suffit pas de bien agir, il faut se battre contre le péché et ses occasions). IL manque quelque chose, même si c'est difficile à exprimer précisément: ils sont relativement trop mous, fragiles, émotifs (bien que ces choses aient leur place pour des vocations). Cette fragilité est un danger. Ca devrait être nettement plus raide, en certains éléments, quelque part. Bref on sent un peut le cucu (eg. l'un a souffert d'angoisse, puis il a SENTI une force etc.; c'est pas faux mais...).

Voici un vidéo qui par contraste (ce qui ne veut pas dire que j'appuie en tout) peut faire saisir ce que j'essaie d'exprimer:

http://gloria.tv/?media=84063

Malheureusement on est déjà au séminaire, ce ne sont pas des postulants, et ils ne sont pas interviewés, alors ce n'est pas parfaitement comparable, mais je crois qu'on peut sentir qu'il y a quelque chose de différent, de moins subjectif au fondement. Et qui va durer. Je n'ai pas trouvé mieux pour comparer si ca existe.


Dernière édition par ChristianK le Mer 8 Déc - 1:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Mar 7 Déc - 21:28

PS. Quand je disais qu'ils semblaient naviguer à vue je ne parlais pas des jeunes mais de la province, qui accueille ces jeunes presque malgré elle peut-être (ou une part de la province), ou qui tente quelque chose pour ne pas crever. Ca explique le contraste ou l'évolution ou le peu de cohérence apparente.

PS.2 Le fr. Michel a été ordonné au congrès de Québec 2008. C'est indicatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Sam 11 Déc - 20:53

Le fr. Michel a été ordonné au congrès de Québec 2008. C'est indicatif.
--------------------------

Hypothèse supplémentaire: si on admet que par crise réactionnelle (contre leur passé) la décadence est pire chez les religieux (à cause de leurs voeux: obéissance, pauvreté) , plus antisanctificatrice et indisciplinée (ce qu'ils appellent le prophétisme, un terme qui peut aller dans tous les sens qu'on veut, la langue molle), alors des candidats qui auront réussi à développer leur vocation dans d'autres milieux moins décadents se trouveront un peu en porte à faux à l'égard des religieux, ils les percevront autres qu'ils ne sont et ne verront que plus tard la réalité.
Ce ne serait donc pas les religieux (ou des provinces, des ordres) qui attireraient des vocations, mais ces vocations seraient attirées par autre chose (e.g. la spiritualité ignatienne d'avant 1960, qu'on ne trouve que chez les tradis ou dans des bouquins, par opposition aux jésuites du canada francais, qui n'ont que peu à voir avec ca, particulièrement la génération défroquée), EN DEPIT des religieux, par une sorte d'illusion. Un peu comme des jeunes venus des charismatiques orthodoxes qui suivent les caté qui se retrouvent tout à coup à la fac de Montréal au milieu de la génération défroquée et ou on entend à peu près n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tardivel



Nombre de messages : 7
Religion : catholique
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Dim 12 Déc - 2:18

C'est vrai, je me demande si ces jeunes sont bien conscients des contradictions et des dérives à l'oeuvre chez les dominicains qu'ils désirent joindre. Pourtant, les propos qu'ils tiennent dans ces deux vidéos montrent qu'ils portent un regard critique sur les valeurs du monde présent; on semble assez loin avec eux de la sympathie ou de la complaisance qui caractérise une certaine mentalité "conciliaire" pour la modernité méprisante de notre passé chrétien. Peuvent-ils avoir cette distance critique et ne pas se rendre compte de ce qui se passe dans l'Église d'aujourd'hui? En tous cas, ils se distinguent déjà des futurs prêtres ou religieux d'il y a 40 ou 50 ans en ce qui a trait à leur regard sur le monde; ce serait étonnant qu'ils leur ressemblent pour le reste, non? Mais je suis d'accord que la grande épreuve, ce sera sûrement les études de théologie. C'est là, malheureusement, qu'ils pourraient être récupérés par les modernistes. Malgré tout, je crois que le contexte actuel est très différent du petit sursaut observé autour de 1980 dont je fus moi aussi témoin, quand j'ai vu un certain nombre de jeunes étudier la possibilité d'une vocation. Le fossé entre la société sécularisée et l'Église existait déjà mais il n'était pas aussi franc qu'en 2010. Des jeunes qui pensent à la vocation aujourd'hui ne peuvent pas se faire d'illusion: il n'y a aucune ambiguïté sur le fait que c'est un choix à contre-courant et a priori déconsidéré. Il y avait de l'indifférence en 1980 mais pas autant d'hostilité.

Je ne connais personne de ce groupe de jeunes, mais internet et leur ouverture personnelle facilitent les choses pour en savoir plus, A.M.D.G. bien sûr!

Ici le frère Michel parle du pélerinage à Compostelle (premier vidéo) et dans la liste des participants, on voit qu'il y a beaucoup d'étudiants en philosophie, ce qui laisse penser que leur engagement ne doit pas être que sentimental.

http://www.dominicains.ca/Billets/conference1.htm

Ici on voit que les quatre jeunes du premier vidéo sont effectivement passés au postulat et sont maintenant au noviciat.

http://www.dominicains.ca/default.htm

http://www.dominicains.ca/

L'un d'eux, J. Landry, fut d'abord séminariste à Québec et a écrit quelques textes, dont un mémoire à la Commission Bouchard-Taylor. Il a l'air pour le moins très articulé.

http://unipop.blogspot.com/2007/08/surpopulation-et-contrle-de-la-natalit.html

http://www.accommodements.qc.ca/documentation/memoires/Quebec-d/landry-jonathan03-0030-pe-00.pdf

Un autre, J. Dugas, est carrément un converti récemment baptisé, et lui aussi a étudié en philosophie avant de se présenter aux dominicains.

http://www.lenicenligne.com/7112-sapprocher-de-dieu-sans-prejuges

http://www.lenicenligne.com/7113-mes-premiers-pas-dans-la-foi…

http://www.lenicenligne.com/12056-tais-toi-et-prie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 13 Déc - 20:31

Ce que vous soulignez est très fort et pertinent et c'est vrai: si on ne se place pas au pt de vue strictement quantitatif et qu'on ajoute le pt de vue plus qualitatif avec une analyse plus poussée (que j'avais négligée), comme vous, je dois atténuer mon scepticisme: la situation n'est pas exactement la même. Donc finalement on ne sait pas.

Cependant il y a un coté relatif dans le libéralisme: c'est pourquoi les tradis sont bien placés, avec leur système supérieurement efficace, leurs écoles, leurs séminaires de qualité et souvent pleins, car la liberté veut qu'on leur laisse leur juste place dans la diversité. Mais pour les dominicains il ne sera pas suffisant qu'on laisse ces jeunes être eux-mêmes, ce qui peut leur convenir pour l'instant; car la génération défroquée voudra aussi rester elle-même, ce sera donnant donnant, et ca va favoriser les défroquages. Ils seront juste tolérés et ce ne sera pas assez pour eux. Il y aura manque d'homogénéité. Ce qui n'est pas vraiment le cas pour les tradis, qui sont homogènes entre eux.
Pour prendre une comparaison: un candidat jésuite doit se présenter chez les jésuites, pas chez les dominicains, et vice versa.
Ceci est particulièrement vrai pour le pouvoir d'enseignement: ca ne marchera qu'avec de jeunes profs formés à l'apologétique et au mépris du monde (bien compris) et à la centralité égale du dogme avec l'exégèse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Mar 14 Déc - 23:11

Autre élément sur Latourelle, en sens inverse de ci-haut: un livre de 1995, Du prodige au miracle , en défense des miracles, intéressant, informé et subtil, et qu'on peut considérer comme une part d'apologétique, même si l'A. n'aime pas beaucoup ce mot (une erreur à mon avis).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 31 Jan - 21:21

N’y aurait-il pas un rapport entre les 2 textes suivants, de Latourelle et Hébert? Les 2 font référence à une libération.

-------------------

1)

R Latourelle, De la morosité à l'espérance 1994


81 (pour la première fois des experts, dont le nombre est passé de 201 a 480... ont collaboré a la rédaction;
"ceux qui refusent de reconnaitre l'autorité d'un concile qui a mobilisé tant d'énergies, qui a atteint une telle unanimité, ... ne donnent ils pas des signes d'aveuglement?

-- ils se méfient de cette unanimité suspecte, surtout dans les ans 60.


81...un mouvement de libération formidable

--L’A donne la raison de cette méfiance lui-même!!!

-----------------------

2)

Léo-Paul Hébert, Les csv au canada 1947-1997. 2010 .

http://catholique.exprimetoi.net/t91p15-autopsie-d-une-communaute-les-clercs-de-st-viateur-csv

917 L'OBEISSANCE"AVEUGLE" D'AUTREFOIS FERAIT SOURIRE

--C'est ca l'approfondissement des voeux? Je devine que Querbes ne sourirait pas du tout, lui, il vomirait en devinant les causes. Et l'obéissance ignatienne, "comme un cadavre", "aveugle" justement, sous la plume d'Ignace?
Surtout, ce sourire qu'on sent défensif et déculpabilisant de leur possible criminalité spirituelle fait penser à un autre sourire plus grave, celui qui concerne enfer, purgatoire, Satan; le sourire lié aux petites relizions cucu zoie et partaze, ce même sourire des bonnes soeurs défroquées qui dansent le twist en 1969 avec un abbé à la page qui allait quitter dans les 3 ans (à tel collège les soeurs quittèrent l'habit en 69, défroquèrent en 70, et poursuivirent leur enseignement en minijupe en 71, m'a-t-on rapporté). Une chose est une évolution, autre chose est un "sourire" que beaucoup trouveront vulgaire. Pour l'instant la providence semble administrer un formidable coup en pleine gueule à ce sourire et lui casser les dents...


919 (les standards de pauvreté religieuse ont changé depuis 1947, comme le seuil de pauvreté civil. Ce qui était scandaleux est toléré ou permis. Mais les CSV sont plus sensibles aux démunis en 2000.

--Oh Boy! Après l'obéissance liée à une plus grande ouverture aux besoins du monde, la pauvreté passe au tordeur! C'est le seul endroit du livre qui soit franchement comique. Je ne croirai jamais, sans preuves tangibles et irréfutables (et il va en falloir, des preuves) que de 1947 à 2000 on est devenu plus sensible aux démunis, surtout si en même temps un embourgeoisement gagne du terrain (les pulsions 68ardes, consuméristes en leur fond, se rationalisaient par la soif de justice, faut-il le rappeler?).
Mais le plus fort c'est l'invocation du seuil de pauvreté civil dans une discussion sur le voeu de pauvreté religieuse. Surréaliste. C'est comme de dire que si tout le monde devient un jour millionnaire il faudra 100,000 par ans aux disciples de St Francois, avec 3 pièces chacun et la bagnole.
On soupconne que c'est absolument cousu de fil blanc et symptome probable de décadence.

920 (le mouvement de libération affecte les communautés religieuses)

--Encore l'obéissance. Elles ont risqué de se libérer de la vie religieuse elle-même, donc
l'autoannihilation et la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 18 Avr - 19:43

Après la province s.j. du Canada Francais devenue prov. du CF et d'Haiti, il y aurait des pourparlers officieux pour fusionner avec la province du Canada Anglais. La mort postconcilaiire est là, c'est clair. Pour la génération défroquée c'est terminé.
Guy Paiement, s.j. (1935-2010), la quintessence de la génération défroquée, a été remplacé par un fonctionnaire laic; un éloge funèbre pour lui , comme grand québécois,a été prononcée par l'ex-provincial, pour sa part canoniquement défroqué...
The game is over. Faut regarder ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tardivel



Nombre de messages : 7
Religion : catholique
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Jeu 24 Nov - 6:52

Les quatre jeunes novices dominicains dont je parlais l'an passé ont fait profession au mois d'août 2011. Tous les quatre.

http://www.dominicains.ca/albums.htm

Maintenant ils vont aller étudier à Ottawa...

Mais je maintiens ce que je disais en 2010: ils semblent pour le moins très réfléchis. Lire le texte que chacun d'eux a écrit quelque temps avant de pronocer ses voeux temporaires (pages 20 à 23).

http://www.dominicains.ca/PDF/Reseau.pdf

Leur succèdent deux novices, un de 40 ans et un de 65 ans: toute une différence...

Mais l'un d'eux est vraiment un cas spécial: Robert Maltais, le sexagénaire, comédien de formation, interprète du personnage de Perlin dans Passe-Partout, initiateur du concours "Ma première Place des arts", et romancier ces dernières années. Il a notamment écrit "Le curé du Mile End".

http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=989590&def=Cur%C3%A9+du+Mile+end(Le)%2CMALTAIS%2C+ROBERT%2C9782764406533

http://books.google.ca/books?id=7Tx9Zbm6oqUC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Lui aussi a écrit un texte à quelques jours de son admission au noviciat, dans la même revue, citée plus haut, que ses quatre "aînés" en religion (page 24). Il temine avec ces mots:

"Je vais vivre, le Rosaire accroché à la ceinture et le sourire aux lèvres, au milieu de mon peuple, qui se souvient... pas mal plus qu'on pense."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Jeu 22 Déc - 13:05


Je demeure sceptique et peut-être la succession des novices sur 2 ans est un indicateur  .Les dominicains canadiens ont 1 chance sur 4 pas plus ( rappelons que ceux de la province de lyon sont déjà morts). 
On sent d'ailleurs une sorte d'écart entre les novices des 2 années; une survivance de ce qui était observable dans les 30 dernières années chez les communautés décadentes marquées par les ans 60: leurs candidats étaient en moyenne de plus en plus âgés car il était presque nécessaire qu'ils proviennent des années 60 et plus le temps passait plus on s'en éloignait.

C'est vrai que dans les textes sur Réseau
-Lessard parle d'ame , de vérité, de st thomas.
-Landry  de gloire du ciel avec les saints, de
St thomas, d'Holocauste de la vie religieuse (donc du sacrifice) et que ca s'oppose à la religion cucu (s'épanouir),
De Vendre tout pour acheter le champ du xt.,    Des Vertus ,de st domiminique; il y a des
Références aux trappistes et à la contemplation. Oui ca va à l'inverse des gaffes de 1975.

-Dugas de contemplation de la vérité et transmIssion (comme disent les dominicains lefebvristes d' avrillé en france.)
Mais sa notion de Joie reste trop émotive.

-Beauchemin parle d'éternité de bonheur (bon mais incomplet ; il y a 4 fins dernières)


Donc les fins dernières ou l'équivalent sont là et c'est Mieux qu'avant.
MAis il n'y a pas assez de distance antimondaine, c'est encore un peu convenu, pas immensément différent d'il y a 20~40 ans, dans la pire période, qui montrait des textes d'un style pas immensément différents; et les omissions sont plus graves que les gaffes positives. C'est pourquoi, par contraste les séminaires tradis sont pleins et de si hAute qualité, comparativement.

La Posture générale est encore trop compatible  avec la messe a gogo; or c' est elle qui vide les séminaires, la relizion cucu. Il faut faire encore beaucoup plus le contraire de la période décadente (ce qu'ont fait les tradis, avec d'autres problèmes).

 Certains profs de caenapel sont des désastres de la génération lyrique. 





Maltais est pas si mal mais ce qui est absent est plus important que ce qui est présent.
On peux le voir à l'émission:

Pourquoi restent-ils? | Second regard | Radio-Canada.ca
19 sept. 2010 … 

Encore des omissions;
Et il y a le "je suis
Pas d'accord avec tellement de choses"; pas sérieux...

Et dans la même émission un Jeune terriblement mondain , dissident, centré sur les injustices du monde plutôt que sur l'éternité...
Et une Defroquée  qui dit que l'église est trop Centrée sur le dogme, la morale, la doctrine!!
Le pur aveuglement du post concile.

C'est Pas bon signe pour les communautés de ramasser un certain type de candidats. Tout se passe comme si les religieux Avaient fait en sorte de devenir acceptables pour certains candidats d'ou precisément leur décadence car c'est le contraire de ce qu'il fallait: discerner le danger.
Ca fait vaguement penser à pierre Vallières, bien que la comparaison soit en partie boiteuse et que chacun ait droit à sa chance et qu'il n'est jamais trop tard. Il y avait quelque chose de faussé et de gravement incomplet dans son retour aux idéaux franciscains qu'il avait rejetés à son noviciat de la fins des Ans 50.
Il ya quelque chose d'irrémédiablement cassé ou de  partiellement irrécupérable  dans la génération lyrique; ca risque d'accrocher.

Même si chaque cas est individuel et qu'il n'est jamais trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tardivel



Nombre de messages : 7
Religion : catholique
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Dim 11 Nov - 23:19

Vous vous rappellerez que c'est ici (et de ma part) que vous avez entendu parler pour la première fois de ces quatre garçons à contre-courant, devenus les "vedettes" d'un documentaire dans l'esprit de Bernard Émond:

http://dieumajoie.blogspot.ca/2012/11/un-vent-de-fraicheur.html

http://www.youtube.com/watch?hl=en&v=h3lbO1iXMfs&gl=US

(Avant de commenter, je suggère d'aller lire et voir, au moins la bande-annonce.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tardivel



Nombre de messages : 7
Religion : catholique
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 12 Nov - 20:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Mer 19 Déc - 2:36

Tardivel a écrit:
Vous vous rappellerez que c'est ici (et de ma part) que vous avez entendu parler pour la première fois de ces quatre garçons à contre-courant, devenus les "vedettes" d'un documentaire dans l'esprit de Bernard Émond:

http://dieumajoie.blogspot.ca/2012/11/un-vent-de-fraicheur.html

http://www.youtube.com/watch?hl=en&v=h3lbO1iXMfs&gl=US

(Avant de commenter, je suggère d'aller lire et voir, au moins la bande-annonce.)

oui ca dit quelque chose, ca va dans une bonne trajectoire. Particulièrement quand un des 4 dit de facon très logique (ca devrait etre banal) : le salut implique la possibilité de perte. C'est un pas. Manque encorere le suivant: le péché orignel, de très grande grande importance quant à cette possibilité de perte..
On est sur la bonne voie mais c'est pas encore ca.. Des morceaux très importants ne sont pas encore la..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Lun 6 Oct - 21:59

Des faits nouveaux qui donnent à réfléchir:

Un chapitre provincial dominicain a eu lieu en 2014 et un père rapporte:

"La seule ombre et grande
tristesse pour moi qui représentait la communauté de Vancouver, fut le rejet en
plénière du projet amendé de nouvelle communauté apostolique à Québec et le
départ de l’Ordre de nos jeunes frères novices et étudiants qui s’en est suivi.`" (bulletin Réseau)


Effectivement, suite à cette décision (peut-être sous influence de la génération défroquée), 2 novices ont quitté été 2014, et 2 fr. étudiants du groupe des 4 du film ci-haut, ont quitté (mais à làutomne 2013), peut-être pcq ce projet avait déjà été amendé.
On ne peut que faire des interprétations, mais les faits restent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Sam 18 Avr - 21:15

Fait nouveau confirmé:

Printemps 2015, tous les 4 jeunes du film ci-haut avaient déjà quitté les dominicains, soit pour une autre vocation, soit pour la vie de laic, on sait pas.
Il est difficile de croire que la génération défroquée ou son influence n'ait pas eu de rôle...

D'autre part la mort se profile nettement, comme elle a eu lieu à Lyon en 97 (il y avait une ressemblance: à Lyon il y avait une communauté d'avant-garde (soi-disan) plus ou moins sécessionniste au couvent de l'Arbresles.

Il semble que les africains vont prendre la relève quand la mort va arriver, et cela pourrait ressembler un peu à ce qui arrive chez les csv. Mais il sera nécessaire de prendre vigoureusement la direction inverse de la génération défroquée liée à la décadence 1965-2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Mar 1 Déc - 23:19

Sur Julien Harvey, SJ, 1923-1998.




Garant (Ed.) Justice sociale, ouverture et nationalisme au quebec  : regards de Julien Harvey
, 2014.

Presque tous les travers de la génération défroquée sont là: faire du social une idolatrie, et à coté de la doctrine sociale de l'Eglise, absence totale du péché mortel et surtout originel, élimination de l'imitation de JC, tout ce qui favorise le consumérisme en favorisant le partage de consumérisme.


Je notais ceci au sujet des rapports de Harvey avec un ex-sj devenu athée:

-----------------

-il considère Julien Harvey comme une des plus remarquables intelligences du Québec; il l l'a beaucoup cotoyé, avec grand plaisir.
-Harvey manque de faire une syncope quand il lui dit je quitte pour autre chose, en 1978.



[si Julien Harvey était admiré par lui alors il est évident que le provincial Harvey, prof de théo. à Mtl, devient hautement suspect de pathologies de l'époque ou de quasi-décomposition mentale postconciliiaire; de plus, comment Harvey pouvait-il, sans inconscience, ou sans être lui-même contaminé, être étonné de ce défroquage d'un religieux de ce genre, prof de cinéma dans un cegep des ans 70? Le fait que Harvey ait pu être le moindrement surpris de cet aboutissement naturel est très indicateur]





Je tire 2 enseignements principaux: les pathologies défroquantes chez ce jeune homme fragile étaient déjà là vers 65 et il ne fut pas protégé contre ca par le scolasticat jésuite, ni expulsé en protection de la communauté et des fidèles. Ensuite l'attitude de Harvey qu'on peut deviner à peu près confirme que le défroquage n'était pas sans lien avec les pathologies de la communauté jésuite.

http://catholique.exprimetoi.net/t20p15-pathologies-dominicaines-et-pathologies-jesuites-au-can-ii


On reconnait ci-bas en filigrane ce qui est présent ci-haut

--------------------------------

Intro  G. Baum
13 (Paiement: pour connaitre le réel social  il faut la perspective acquise par la solidarite avec les démunis. Principe herméneutique: option préférentielle pour les pauvres

--Attention, le réel social est infiniment plus large que les pauvres. Il faut tout connaitre.


16 ( Harvey a favorisé la déconfessionalisation scolaire pour éviter la mise à la marge hors quebec des non cathos

--ce faisant il a lutté contre les droits des cathos. Or ces droits sont plus importants que l'existence même du Québec, qu'il soit tel ou tel...




Texte

25
(se dit fasciné par l'esprit de 1975, la 32e cong. Jésuite "ce fut alors que se sont formées des petites communautés jésuites, parfois très rapidement dissoutes, pour lesquelles la liturgie était le lieu d'une créativité permanente et dans laquelle l'affiche du Che Guevara tronait dans la cuisine

--Epouvantablement pathologique. Etre fasciné par ca, ou être neutre... J'ai perdu la référence mais il parle quelque part de toasts beurrées pour la messe, sans autres forme de commentaire sur ces clowneries;
l'horizontalisme consumériste mortel est là. Plus fort: le "rapidement dissoutes", sans un mot sur le symptome évident de décadence... et les liens de cela avec bien d'autres choses...


98 (rencontre de Dieu dans les pauvres; ...prière, liturgie, lecture, contemplation seront bonnes, mais comme compléments de la vraie pratique xtienne, celle de la solidarité avec les pauvres

-- c'est de l' idolatrie si c'est horizontal. Les pauvres ne valent rien en eux-même, c'est seulement leur receptivité au salut des àmes qui compte. Et c'est de toute facon l'inverse:  le souci des pauvres est le complément des vertus surnaturelles, sinon c'est une action contre les pauvres, qui les enfoncent dans le (leur, parfois) consumérisme.


99 (mission de l'église: en mission avec les démunis, pas un choix parmi d'autres

-- On met la doctrine sociale au sommet, on court à l'échec. Le salut des ames de tout le monde est une priorité plus haute. En eux-mêmes, isolément, les pauvres ne valent rien, pas plus que les riches... Ils peuvent être pires, plus dangereux pour le salut en certains cas...


100 (une soeur directrice d'un grand couvent pour riches est devenue pharmacienne avec les pauvres

--pas mauvais mais faut voir. Si le couvent est déjà pourri, entre autre par la génération défroquée,  ca se justifie, mais le mieux est de refonder un autre couvent à coté, comme à la FSSPX, ou FSSP, pour susciter des vocations. Ce qui tue les vocations ou permet de les tuer, la décadence des ordres féminins, est ce qu'il y a de plus contraire au service authentique des pauvres....


103 (danger de spiritualisation, qui dirait que les plus pauvres sont les pauvres spirituels.... les riches; grand danger de distinguer les bons des mauvais pauvres. les spirituels et les autres. ces interprétations n'ont pas de fondement biblique. mt 25 mt 5,3

--Pas tout à fait faux mais gaffe par idolatrie du pauvre. Certes il ne faut sans doute pas identifier le bon pauvre au pauvre croyant et selectionner mais garder à l'esprit que le pauvre a une bonne capacité de damnation , le péché originel le concerne, et sa seule qualilté par rapport au riche, c'est sa réceptivité potentielle plus grande.  Mettre le social horizontal en premier est un péché tout ce qu'il y a de mortel qui met le pauvre en grand danger, et qui tue les vocations.



250_ (le référendum de 80: une des déceptions majeures de sa vie

--Oh boy!  Avec les jésuites qui crevaient à grand et à petit feu. On reconnait le type....  La maladie mentale... Un peu comme pour le social, quelque chose d'autre que la foi religieuse avait pris la 1ere place et contaminait le reste.  Le référendum aurait du être d'une insignifiance absolue comparé à la formidable décadence de son ordre, souvent  sous une forme vulgaire à vomir...



280 (Untel directeur du secrétariat jésuite pour justice sociale a rencontré en 2013 les jésuites "sociaux" du Canada


--Tiens tiens, Y a les jésuites "sociaux", et les autres...
Exactement le profil...  La mort, au moins partielle, ne saurait tarder. Il suffit de percevoir que derrière "sociaux", bien caché, et inconscient, et aussi paradoxal que cela puisse paraitre, il y a le consumérisme horizontal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Sam 12 Nov - 20:10

3 des 4 novices dominicains qui participèrent au film de 2010 et qui ont quitté fondent en 2015 une communauté nouvelle à Sherbrooke, sans doute d'inspiration dominicaine! Un parallèle avec la communauté St Jean - Petits-gris - de France du P. MD PHilippe?
http://missionnairesevangile.ca/

Je constate que mon scepticisme de ci-haut était justifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   Sam 1 Avr - 23:17

Il y a 5-6 ans j'écrivais ceci, ci-haut:

ChristianK a écrit:
Après la province s.j. du Canada Francais devenue prov. du CF et d'Haiti, il y aurait des pourparlers officieux pour fusionner avec la province du Canada Anglais. La mort postconcilaiire est là, c'est clair.  Pour la génération défroquée c'est terminé.
Guy Paiement, s.j. (1935-2010), la quintessence de la génération défroquée, a été remplacé par un fonctionnaire laic; un éloge funèbre  pour lui , comme grand québécois,a été prononcée par l'ex-provincial, pour sa part canoniquement défroqué...
The game is over. Faut regarder ailleurs.

Eh bien en 2017 (en fait 2018, officiellement) c'est terminé, on ne parle plus de pathologie, mais d'autopsie.
Confirmation éclatante des diagnostics, ou au moins d'une part de ceux-ci.
Le sujet se poursuit donc ici, ou les pathologistes sont invites à l'autopsie:
http://catholique.exprimetoi.net/t186-la-generation-defroquee-mort-des-jesuites-du-quebec#542
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Can.II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pathologies dominicaines et pathologies jésuites au Québec
» http://www.pathologies-et-travail.org/
» 03/06 Fr Culture - Les pathologies du sommeil (Avec ou sans RV)
» Fiches pathologies par spécialités
» Liste des pathologies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemin Faisant... :: Nos forums :: Discussions-
Sauter vers: