Chemin Faisant...

Forum catholique romain fidèle à la Tradition et à sa sainteté le pape François
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La justice divine et expiation des péchés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La justice divine et expiation des péchés   Mar 24 Juil - 19:33

Purgatoire et expiation des péchés

Les pécheurs ne doivent pas seulement se détourner du péché et demander sincèrement pardon pour éviter toute peine (position de Luther) ils doivent aussi offrir à Dieu réparation selon l'ordre de la justice divine.

Saint Thomas d'Aquin, III, qu. 85, a. 3.:
Citation :
« Il ne suffit pas de cesser l’offense pour l’effacer ; il y faut encore une compensation »

Saint Jean de la Croix:
Citation :
« L’oiseau qui s’est laissé prendre à la glu doit s’imposer un double travail : se détacher et se purifier ; il en est de même de celui qui cède à ses appétits, il doit s’en détacher, et une fois libre, se purifier de la colle qui lui est restée »

Avisos y sentencias espirituales, n° 22, Silverio de santa Teresa, Obras de san Juan de la Cruz, Burgos, 1931, t. IV, p. 234.

Payer, purifier, compensation, dette, etc. Voilà le vocabulaire de l'Église en sa doctrine officielle.

Par nos péchés nous contractons des dettes que nous devons expiez (dans ce monde-ci ou au purgatoire).

Saint Thomas d'Aquin:
Citation :
Après donc que l’homme a obtenu la rémission de son péché et qu’il est réintroduit dans la grâce, il demeure obligé à une peine, par la justice divine. S’il entreprend de subir cette peine de plein gré, il satisfait à Dieu, puisque, par son travail et sa souffrance, il retrouve, en se punissant lui-même, l’ordre institué divinement, et qu’il avait transgressé pour suivre sa volonté propre. Mais s’il n’entreprend pas de son chef de subir cette peine, il faudra que Dieu la lui inflige, car ce qui est soumis à la providence divine ne saurait rester toujours désordonné ; la peine alors ne s’appellera plus satisfactoire, puisqu’elle n’a pas été élue par le sujet ; elle s’appellera purificatrice (purgatoria), car le pécheur, par la punition qu’on lui applique, est comme purifié lorsque tout ce qu’il y a en lui de désordonné est ainsi ramené à l’ordre. Aussi l’apôtre dit-il (I Cor., XI, 31) : « Si nous nous examinions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés ; mais le Seigneur nous juge et nous châtie afin que nous ne soyons pas condamnés avec ce monde.

III Contra Gent., cap. 158.

Ainsi, Dieu dans sa justice puni les pécheurs qui refuse eux-mêmes d'offrir librement un sacrifice pour leurs péchés!!!

Expiation du Christ et peines temporelles

Christ est mort une seule fois pour expier nos péchés et nous ouvrir le Ciel.

Cependant, le pécheur doit toujours faire face aux peines temporelles qui découlent de ses péchés. C'est la doctrine du purgatoire et des indulgences. La peine éternellle, l'enfer, était trop grande pour nous. C'est pourquoi Notre Seigneur c'est offert en victime sans tâche.

Au purgatoire nous devrons expier nos péchés. Cependant, nous pouvons dès maintenant offrir les petits sacrifices du quotidient à Dieu pour éviter de grande souffrance au purgatoire.

Si Christ ne serait pas mort sur la croix notre dette serait demeurer insolvable. Par la mort du Christ en croix, la dette éternelle "l'enfer" se transforme en dette "temporelle" que nous pouvons maintenant payé - à cause des mérites de la croix -.

Écoutons un grand théologien, Charles Journet. Il est un théologien catholique suisse d'expression francophone. Crée Cardinal par le pape Paul VI en 1965, il a joué un rôle considérable au concile de Vatican II, notamment dans la rédaction de la Constitution Gaudium et Spes. Il fut l'ami de Jacques Maritain.

Citation :
Au terme de cette démarche [la pénitence], l’âme a recouvré l’amitié avec Dieu. Sa souillure (macula peccati) est lavée. L’obligation à la peine du dam [note: de la damnation], infinie en quelque sorte en valeur, en intensité (reatus poenae damni), est annulée. S’il demeure encore une obligation à la peine du sens, finie en valeur, et relevant d’un attachement déréglée aux biens changeants (rectus poenae sensus) cette dette, d’insolvable qu’elle était quand la charité était absente, est devenue solvable ; du même coup, la peine du sens, d’éternelle en durée qu’elle était, est devenue temporelle.

Nous ne pouvons expier nos péchés, rembourser notre dette temporelle, sans souffrance comme le rappelle le Concile de Trente:

Citation :
Denz., numéro 895.
Le sacrement de pénitence reste inaccessible sans beaucoup de pleurs et de peines, et que c’est à juste titre que la pénitence a été appelée par les saints Pères un baptême de douleur, laboriosus quidam baptismus

Le concile de Trente a aussi rappellé les racines bibliques de cette enseignement (Denz. numéros 904 et 897.).

Pensons, par exemple, à Adam qui doit subir des peines malgré sont repentir (Gn 3,16) et David qui doit subir des peines après l'obtention du pardon (2 Samuel 12,13).

Charles Journet a écrit:
L’obligation de subir une peine subsiste donc après le pardon des péchés. Cette peine doit être subie ici-bas, par libre élection ou par l’acceptation patiente et amoureuse des afflictions de la vie présente, et c’est la satisfaction. Sinon, elle sera subie plus tard sans qu’il y ait choix et alors que son acceptation ne sera plus capable de faire monter dans l’âme le niveau de la charité, et c’est le purgatoire.

Et pour terminer, la doctrine du purgatoire et de l'expiation des peines temporelles de nos péchés ne peut être démontré à partir de la Bible. Voilà pourquoi tant de protestant et de catholique atteint du virus de la théologie libérale (moi-même j'en ai souffert avant de me tourner vers Dieu) nient cet enseignement.

Charles Journet a écrit:
Soit le péché mortel lorsque sont effacés la souillure qu’il comportait et la peine à la fois infinie et éternelle qu’il méritait, soit le péché véniel quand est remise la faute qui le constituait, entraînent comme conséquence une peine temporelle que la charité, si elle était intense, serait capable d’expier ici-bas, mais qui, pour la plupart des cas, restera à expier en purgatoire.

L’existence du purgatoire et de l’Eglise souffrante, même si elle n’avait en sa faveur ni texte biblique comme celui de II Macchabées, XII, 43-16, ni d’allusions scripturaires, comme celles de Mathieu, V, 26, Matthieu, XII, 32, I Corinthiens, III, 15, ni monuments archéologiques ou témoignages patristiques devrait néanmoins être reçue comme implicitement affirmée soit dans les données révélées concernant le péché mortel et sa réparation progressive moyennant le secours gratuit de la miséricorde divine, soit dans les données révélées concernant la distinction des péchés mortels dont la peine est de soi irréparable et éternelle et des péchés véniels dont la peine est de soi réparable et temporelle. « Ceux qui nient le purgatoire, disait saint Thomas, s’élèvent contre la justice divine ». Ils s’élèvent aussi contre la sainteté divine, ne comprenant plus que la Jérusalem céleste est si parfaite que « jamais rien d’impur n’entrera en elle » (Apoc. XXI, 27).

Erreurs de Luther

Luther a commis plusieurs erreurs. Il rejetait l'idée que le chrétien doit expier les peines temporelles découlant du péché. Ainsi, le chrétien n'a pas besoin des Indulgences - qui effacent toutes peines temporelles -.

Pour lui, la mort du Christ une fois pour toute est suffisante pour l'expiation de nos péchés. En fait, l'Église catholique enseigne que par le baptême tout nos péchés et toutes nos peines temporelles sont effacés par la participation au sang et à l'eau du Christ versés sur la croix. Quant aux péchés commis après le baptême, ils peuvent être effacées (ou remis) par le sacrement du pardon et la peine temporelle effacée par la contrition sincère et la pénitence. La tradition réformée enseigne plutôt que le baptême n'a de valeur uniquement symbolique. Il s'agit d'un signe visible de la grâce de Dieu. Cependant, tous les péchés des humains sont remis (et leurs peines) par la croix. Il suffit de croire (d'avoir la foi). La position catholique c'est que la croix du Christ rend solvable la dette qui est effacé par le baptême et ensuite par les dispositions de la grâce (pardon, contrition et pénitence). C'est le salut par les oeuvres. En soi, elles n'ont pas de valeur. C'est à travers la rédemption en Christ qu'elles prennent une valeur aux yeux de Dieu.

Luther rejettait aussi l'idée du purgatoire. Si le chrétien n'a pas besoin d'expier ou de payer les dettes contracter par les péchés mortels (qui méritent l'enfer) et véniels (peines temporelles que l'on peut payer) maintenant sur terre... il ne voyait pas la nécessité de l'existence d'un lieu où se ferait l'expiation finale avant l'entrée au Ciel.

Luther et Trente

Non seulement j'affirme que cette doctrine est catholique mais j'affirme aussi que la négation de cette doctrine était soutenue par Luther.

Luther rejettait les doctrines du purgatoire et des Indulgences. Deux doctrines dépendantes de l'idée que nous devons participer à la réparation de nos péchés.
95 thèses de Luther a écrit:

1. En disant : Faites pénitence, notre Maître et Seigneur Jésus-Christ a voulu que la vie entière des fidèles fût une pénitence.

2. Cette parole ne peut pas s'entendre du sacrement de la pénitence, tel qu'il est administré par le prêtre, c'est à dire de la confession et de la satisfaction.

11. La transformation des peines canoniques en peines du Purgatoire est une ivraie semée certainement pendant que les évêques dormaient.

21. C'est pourquoi les prédicateurs des Indulgences se trompent quand ils disent que les indulgences du Pape délivrent l'homme de toutes les peines et le sauvent.

56. et 58. Les trésors de l'Eglise, d'où le Pape tire ses indulgences [...] Ce ne sont pas non plus les mérites de Christ et des saints.

60. Nous disons sans témérité que ces trésors, ce sont les clefs données à l'Eglise par les mérites du Christ.



En français courant, Luther affirme que toute la vie du chrétien doit être de faire pénitence et de demander sincèrement le pardon. Que cela n'a rien à voir avec le sacrement du pardon.

L'Église affirme qu'elle peut offrir les Indulgences - remise des peines temporelles du péché - par le trésor de la grâce que Dieu a déposé en elle. Luther et d'autres catholiques aujourd'hui, enseignent que le seul trésor qui apporte le salut c'est la croix du Christ (les mérites du Christ dans le texte) et cela signifie que l'humain n'a pas à participer à l'expiation de ses péchés.

Par ailleurs, le concile de Trente avait pour objectif de condamné les erreurs de Luther. Erreurs qui ne sont pas encore morte aujourd'hui.

Texte du concile de Trente
Citation :
Session XIV, chap. 8 a écrit:
Il est constant de plus, que dans l'Eglise de Dieu, jamais on n'a estimé qu'il y eust de voye plus asseûrée, pour détourner le chastiment dont Dieu menace continuellement les hommes, que de fréquenter ces œuvres de Pénitence, avec une véritable douceur de cœur. Joignez à cela, que pendant que nous souffrons pour nos péchez dans ces sortes de satisfactions, nous devenons conformes à Jésus-Christ, qui a satisfait luy-mesme pour nos péchez (Rom. 5. 10. I Joan. 2. 1.), & de qui vient toute nostre capacité de bien faire (2. Cor. 3. 5.) ; & par là nous avons un gage tres-asseûré, que nous aurons part à sa gloire, ayant part à ses souffrances (Rom. 8. 17.).

Le Concile de Trente estime que nous pouvons expier les peines temporelles dû aux à nos péchés grâce à Jésus Christ qui a satisfait lui-même par le don de sa vie pour nos péchés et nous offres la capacité de participer à ses souffrances. Sans la croix nos peines seraient demeurées éternelles (l'enfer) et notre dette insolvable.

Session XIV, chap. 9
Citation :
L E Saint Concile déclare de plus, que l'étenduë de la bonté & libéralité de Dieu est si grande, que par le moyen de Jésus-Christ, nous pouvons satisfaire à Dieu le Pere, non seulement par les peines que nous embrassons de nous-mesmes, pour chastier en nous le péché,[...]; mais encore, pour derniere marque de son amour, par les afflictions temporelles qu'il nous envoye dans le monde, en les souffrant patiemment.

Le Concile de Trente va même jusqu'à affirmer que Dieu envoi des souffrances afin d'aider les humains à se purifier de ses péchés.

a+

Patrick
Revenir en haut Aller en bas
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: La justice divine et expiation des péchés   Lun 6 Aoû - 21:29

Ta citation du concile de Trente est très intéresante. Tu as trouvé ce que je n'avais pas trouvé dans le Denzinger (C'est bizarre; je ne sais pas si tu sais pourquoi ce passage n'est pas dans le Denzinger? Ou y est-il?). En tout cas on peut très bien comprendre pourquoi le Caté de trente affirmait la même chose, ce que j'avais trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: La justice divine et expiation des péchés   Mar 7 Aoû - 23:12

comment as tu fait exactement pour trouver la citation de Trente, vu que le site en question est découpé en chapitres séparés. Es tu passé des citations du caté (leurs sujets ) aux sujets du Concile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChristianK



Nombre de messages : 340
Religion : catholique
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: La justice divine et expiation des péchés   Lun 17 Sep - 23:17

Je suis surpris que ces textes, dont tu cite le premier,soient présents dans le Denzinger:

`"L E Saint Concile déclare de plus, que l'étenduë de la bonté & libéralité de Dieu est si grande, que par le moyen de Jésus-Christ, nous pouvons satisfaire à Dieu le Pere, non seulement par les peines que nous embrassons de nous-mesmes, pour chastier en nous le péché,[...]; mais encore, pour derniere marque de son amour, par les afflictions temporelles qu'il nous envoye dans le monde, en les souffrant patiemment

CAN 13:
S I QUELQU'UN dit, qu'on ne satisfait nullement à Dieu pour ses péchez, quant à la peine temporelle, en vertu des mérites de Jesus-Christ, par les chastimens que Dieu mesme envoye, & qu'on supporte patiemment, ou par ceux que le Prestre enjoint, ni mesme par ceux qu'on s'impose à soy-mesme volontairement, comme sont les Jeusnes, les Prieres, les aumosnes, ni par aucunes autres œuvres de piété ; mais que la véritable & bonne Pénitence est seulement la nouvelle vie : Qu'il soit Anathême."

Ils sont aussi cité dans le compendium de Dumeige (La foi catho) qui est un condensé du Denzinger (nos 835, 848; Denz. 1693, 1713).
Ces textes affirment que Dieu est cause de punitions ou épreuves physiques terrestres et je n`avais pas réussi à trouver de tels textes avec les index du Denzinger.
On doit conclure sans doute que c`était pcq le sujet traité (les châtiments) n`était pas central dans le document tridentin: le sujet central était la pénitence. Les index ne traiteraient que des sujets principaux. Mais le thème des châtiements ou épreuves terrestres causées par Dieu est bel et bien présent quoique secondaire.
Il doit donc certainement exister ailleurs aussi, dans d`autres textes du magistère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La justice divine et expiation des péchés   

Revenir en haut Aller en bas
 
La justice divine et expiation des péchés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La justice divine - individuelle et collective
» Déjà, les anges exécuteurs de cette Justice divine sont en train d’accomplir les décrets divins
» Paradoxe de la justice divine
» Qu'est ce que la justice divine ?
» JUSTICE DIVINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemin Faisant... :: Nos forums :: Discussions-
Sauter vers: